Joan Mir a fait le Grand Prix qu’il faut pour partir en vacances avec l’esprit tranquille. Ce qui lui permettra de mieux profiter de cette trêve estivale roborative. En revanche, il a peut-être déjà gâché le repos de certains de ses collègues, dont celui des officiels Ducati entre lesquels il s’est inséré au championnat. La faute à des manœuvres de dépassement que l’on qualifiera de « viriles mais correctes ». Il s’en excuse, mais c’est la faute de sa Suzuki…

Joan Mir a réalisé un bon Grand Prix des Pays-Bas à Assen. Parti neuvième, il a franchi la ligne d’arrivée troisième, en exploitant les qualités en course d’une Suzuki qui n’en a pas suffisamment au moment des qualifications. Ce qui l’oblige à faire des choses qu’il aimerait éviter… Le Champion du Monde en titre explique ainsi à l’arrivée de cette neuvième manche du championnat : « c’est un podium important pour moi, pour Suzuki, et je pense que cela nous donnera de l’énergie supplémentaire pour être meilleurs en deuxième partie de saison ».

Il prévient en mettant Suzuki sous pression : « avec ce package technique, ce ne sera probablement pas suffisant pour lutter pour le titre, donc nous devons travailler dessus, nous devons travailler sur la moto, je dois aussi travailler sur moi-même, en essayant toujours de m’améliorer encore plus. La vérité est que je me sens très heureux de la façon dont la course s’est déroulée parce que je pense que nous ne pouvions pas aspirer à davantage. Fabio et Maverick ont ​​été très rapides tout le week-end, ils ont piloté la moto à un très haut niveau et c’était très difficile pour moi d’être proche d’eux ».

Mir

Mir : “j’ai fait ce que j’avais à faire, je n’ai pas d’autre alternative”

Joan Mir précise ensuite, afin de garder des relations de bon voisinage… « J’ai fait ce que j’avais à faire dans les premiers tours, c’est toujours difficile de dépasser la Honda et la Ducati, c’est toujours un cauchemar, mais j’ai essayé de faire de mon mieux et de dépasser intelligemment. J’ai toujours des difficultés à dépasser la Ducati, alors peut-être que certains dépassements sont un peu à la limite, je ne les touche pas, mais je dépasse, bloque et passe. C’est très difficile. Je pense que Fabio et Maverick me comprendront, et je pense que Jack Miller serait également d’accord, car la vérité est que le dépassement était un block-pass, un dépassement bloquant la ligne. Et je n’aime pas faire ce genre de dépassement, mais il est rapide en ligne droite, il freine beaucoup et c’est difficile. Je n’ai pas d’autre alternative ».

Tannant Suzuki pour trouver de la vitesse et, surtout, pour greffer à sa GSX-RR un dispositif « holeshot device » complet, Joan Mir termine aussi avec ces bons mots pour les Japonais : « je voulais bien terminer cette première partie de saison, qui nous a vu avoir beaucoup de difficultés, plus que ce à quoi nous nous attendions. Ce sont des points importants pour mieux démarrer la seconde partie. Je dédie le podium à tous les gars qui travaillent dans l’équipe. Nous ne sommes pas proches du leader, mais pas si loin. Si nous nous améliorons et nous renforçons, tout est possible ».

Mir

MotoGP Assen J3 : classement

Crédit classement motogp.com




Tous les articles sur les Pilotes : Joan Mir

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar