Ce vendredi 1er octobre 2021, Johann Zarco a répondu aux questions des journalistes depuis le Circuit of the Americas, au terme de la première journée du Grand Prix des Amériques à Austin, Texas.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote français qui figure toujours à la 4e place du championnat.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Johann Zarco sans la moindre mise en forme, même si cela est partiellement traduit (vouvoiement en anglais, tutoiement en français).


 

Johann Zarco : « Bonjour à tous ! Bonne journée ! Je pense que cela a été important de démarrer par une séance sur le mouillé car Austin est un circuit difficile où vous devez connaître de nombreux endroits importants, à cause des nombreuses bosses et de certains virages. Dans ces conditions, vous forcez moins sur la moto, c’est plus facile de bouger la moto, donc c’était bien, et j’ai aussi pu facilement tester le bras, et dans ces conditions le bras était absolument normal. L’après-midi, je l’ai senti un peu car je pense que j’ai tiré dessus depuis le début, mais je pense que c’est normal car il avait sans doute oublié comment forcer. Ensuite, je n’ai pas eu la moindre douleur et cet après-midi la difficulté venait davantage du circuit que de la douleur, car c’est vraiment un circuit où vous devez forcer. Je suis donc plutôt heureux d’être suffisamment rapide et la huitième place est plutôt correcte. Jack a de bonnes sensations ici, donc nous essaierons de voir pourquoi et de progresser demain. »

Le circuit est très bosselé. Pouvez-vous nous en parler ?

« Pour les bosses, c’est au virage 3 et au virage 10 que c’est le plus délicat. Nous avons seulement eu une session sur le sec et j’espère m’y habituer. Parfois, vous pouvez vous sentir mieux en changeant simplement une trajectoire, mais pour vraiment rouler très vite et essayer de trouver de la trajectoire parfaite, ce n’est pas facile car si ce n’est pas la bonne, la moto bouge encore davantage. Je pense que cela sera dur pour tout le monde. Nous verrons bien ! »

Le circuit est très physique. Comment envisagez-vous physiquement la course de 20 tours ?

« C’est pourquoi j’espère trouver de meilleurs réglages afin de de garder la meilleure forme possible avec le moins d’énergie demandée. »

Iras-tu à la commission de sécurité ? Valentino Rossi n’est pas contre l’idée de raccourcir la course. Qu’en penses-tu ?

« Je ne suis pas contre, et je pense que je vais y aller, surtout pour entendre le commentaire de chacun. Parce que là, sans parler de sécurité puisqu’il n’y a pas eu de chute aux endroits où il y a des bosses, c’est simplement que quand on veut aller vite on sait qu’il va falloir s’accrocher. Mais on ne s’accroche pas sur les 20 tours prévus, donc à voir ! Je comprends que Rossi demande quelques tours de moins, Márquez sait s’en sortir, Miller est bien, et je pense qu’il n’y a vraiment que Márquez, Miller et peut-être Oliveira, qui pour l’instant ont une certaine aisance sur cette piste. »

Fabio Quartararo dit que cela peut être dangereux en paquet. Binder dit qu’il va falloir que chacun soit vraiment prudent pour laisser un peu d’espace entre les motos, ce qui paraît infaisable en course…

« J’allais dire la même chose ! Si tu cherches à être prudent, tu perds directement une bonne vingtaine de mètres sur celui qui est devant toi, et ces 20 mètres sont très durs à rattraper, car si le gars est devant toi, c’est en général qu’il va vite ! Et si tu ne veux pas perdre ces mètres-là, oui il y a le risque de se faire énormément secouer, quitte à quitter la trajectoire. C’est pour cela que ça vaut le coup d’aller à la Safety commission ce soir et entendre un peu ce qu’on peut faire. »

Il paraît qu’il y a trois sortes d’asphaltes différents. Le ressens-tu ?

« Pour moi, il y a deux types d’asphaltes. Oui, on voit les nouvelles parties, mais la nouvelle partie que l’on peut vraiment sentir au niveau du grip et qui est plutôt intéressante, c’est le 16, 17, 18. Pendant tout ce temps passé sur l’angle dans ce grand virage à droite, là on sent que ça va mieux qu’avant. Parce qu’avant, dans le 18, ça bougeait énormément, là c’est beaucoup plus contrôlable. Après, ils ont changé l’asphalte et ont mis le même asphalte, le nouvel asphalte, dans le 10, mais là la bosse prend le dessus sur le grip, donc c’est dur de sentir le grip parce que la moto bouge avant. Il y a aussi une zone dans le un ou le deux que j’ai du mal à sentir. 16, 17, 18, oui, c’est bon ! »

 

Résultats de la FP2 du Grand Prix des Amériques MotoGP :

Crédit classement : MotoGP.com

 



Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : Pramac Racing