Joan Mir n’est pas connu pour être quelqu’un d’indulgent et dans ce Grand Prix des Amériques, il a trouvé matière à la critique. Le Texas est connu pour être un endroit où les tornades sévissent et il y en a effectivement une très localisée du côté du paddock d’Austin qui souffle avec force. Une tempête, un cyclone de mécontentements balaient le MotoGP qui a souffert des conditions de piste lors de sa première journée passée sur un tracé d’Austin définitivement trop dégradé. La situation n’est pas une surprise puisque, sur ce circuit, on y a vu des Formule 1 y casser leurs suspensions. Mais les protagonistes ne s’attendaient pas à un problème d’une telle ampleur. Et maintenant ? Joan Mir a une solution, et elle est bien sûr radicale…

Ce second jour du Grand Prix des Amériques sera regardé avec un grand intérêt tellement les pilotes ont fait savoir que les bosses et autres ondulations de la piste posaient un vrai souci de sécurité. Un débat auquel on s’attendait, mais la FP1 humide avait presque rassuré en révélant une bonne adhérence de l’asphalte américain. Mais lorsqu’il a séché et que le rythme s’est accéléré en FP2, les défauts se sont exacerbés.

Joan Mir l’a remarqué, comme tous ses autres collègues. A tel point que l’on sent poindre comme une fronde. L’officiel Suzuki dit : « ce fut une journée plus difficile que prévu. Nous avons eu beaucoup de problèmes avec la stabilité de la moto surtout dans les deux premiers secteurs de la piste en raison des conditions de piste. Nous essaierons de travailler sur la stabilité mais ce ne sera pas facile, si nous n’y parvenons pas ce sera un gros problème ».

En fait, presque tous les pilotes ont défini les conditions de la piste comme une véritable catastrophe, voire potentiellement dangereuse. « Je pense que je peux parler au nom de tous les pilotes en disant que si nous revenons ici l’année prochaine et que la piste n’est pas refaite, le MotoGP ne courra pas. Il y aurait sûrement des solutions mais c’est aussi un budget et cette piste a toujours posé ces problèmes, donc je comprends que devoir refaire surface tous les trois ans n’est pas la réponse définitive. Il faudra sans aucun doute en discuter en commission de sécurité avec les autres pilotes » précise le Champion du Monde.

Mir_Schwantz_AME_2021

Joan Mir : “ce n’était pas acceptable de rouler

Il ajoute : « cela a toujours été un circuit exigeant, cela a toujours été un défi pour tout le monde, mais je ne pense pas qu’il y ait un moyen de le rendre moins fatiguant, et certainement cette année l’asphalte ne facilitera pas les choses ». Les problèmes généraux de cette piste ont été immortalisés par une vidéo dont Joan Mir est la vedette. Sur ces images d’un véritable rodéo, il commente : « pour être honnête, ce n’était pas qu’un instant, il est possible que la caméra n’ait capturé qu’un seul des nombreux moments. Si nous ne trouvons pas de solution, ce sera un vrai problème car je ne peux pas garder un bon rythme de course avec le circuit dans ces conditions ».

Il termine au sujet de la suite du meeting : « certainement certains pilotes bénéficieront de cette situation, mais pour moi, avec la configuration actuelle de la moto ce n’était pas acceptable de rouler ». Une question qui va rythmer tout le reste de ce week-end américain.

MotoGP Austin J1 : chronos

Crédit classement motogp.com

 



Tous les articles sur les Pilotes : Joan Mir

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar