La rentrée dans la seconde et dernière partie de saison se déroule pour Jack Miller au moins aussi mal que son entame. L’Australien qui pensait prendre l’offensive contre Fabio Quartararo sur le Red Bull Ring, comme tout bon pilote Ducati qui se respecte, en repart après un échec et une grosse déception. Dans le clan de la marque italienne, il était encore plus déçu que Johann Zarco au moment de quitter l’Autriche…

Jack Miller a joué le podium lors du Grand Prix de Styrie avant de chuter et pour la seconde mi-temps sur le Red Bull Ring dans le cadre du Grand Prix d’Autriche, le pilote de 26 ans voulait une revanche éclatante. Hélas, dans ce meeting, il n’a jamais été dans le bon tempo, et ce décalage s’est aussi ressenti au moment clé du changement des pneus, en vue de l’arrivée.

Jack Miller a été ainsi le premier à passer des pneus secs aux pneus pluie. Mais le pari n’a pas fonctionné, puisque l’Australien n’a terminé qu’onzième au Red Bull Ring. Jusqu’à ce que la pluie arrive, Jack Miller évoluait entre la 5e et la 9e place. À la fin du 23e tour, l’as Ducati s’est engagé dans la voie des stands pour prendre sa deuxième moto, sur laquelle des pneus pluie étaient monté. Avec Alex Rins, Miller a été le premier à franchir cette étape dans le Grand Prix d’Autriche mouvementé.

Mais il était trop tôt… Miller est retombé à la dernière place, et dans les quatre tours suivants, il n’a pu remonter que jusqu’à la 11e place. « Je sens que j’ai bien roulé », a déclaré Miller. « A cause du manque d’adhérence, je n’avais pas les performances pour suivre les autres, et vers la fin j’ai vraiment beaucoup souffert. Quand j’ai vu venir la pluie, j’ai pensé que mon seul espoir était de passer aux pneus pluie un peu plus tôt. J’ai supposé que je serais capable de dépasser les autres de cette façon, sur la piste ou lors de leur arrêt au stand ».

Miller

Miller : « le résultat n’est ni ce dont j’ai besoin ni ce que je veux «

« Si la pluie s’était accentuée un peu plus tôt, j’aurais pu rattraper le temps perdu. Mais cela n’a pas fonctionné. Au moins j’ai pu finir la course, même si le résultat n’est ni ce dont j’ai besoin ni ce que je veux. Mais il y a des week-ends comme celui-ci où rien ne se passe comme il faut » dit-il.

« Peut-être que je l’ai fait un tour trop tôt », a réfléchi Miller. « Je dois remercier l’équipe d’avoir été prête car je ne savais pas si c’était le cas. Quand j’ai dépassé certains adversaires, je n’arrivais pas à croire qu’ils étaient encore en slicks. Ils ont tous très bien géré la situation. J’étais à la limite avec ma moto tout le temps, mais les autres motos fonctionnaient, elles avaient une certaine marge de sécurité. Ce n’est qu’avec des pluies plus fortes que je pourrais risquer plus ».

Au classement général, Miller est cinquième avec 105 points après onze des 18 courses. Il voit s’échapper les hommes de tête et revenir derrière lui Brad Binder

Jack Miller était abattu

MotoGP Autriche J3 : classement

Autriche

Crédit classement motogp.com

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Jack Miller

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team