Via le site officiel MotoGP.com, nous avons assisté dimanche à la conférence MotoGP post-course du Grand Prix de Catalogne à Barcelone, qui a réuni Fabio Quartararo , Joan Mir et Álex Rins.

Comme à notre habitude, nous reportons ici l’intégralité des propos de Fabio Quartararo , sans la moindre mise en forme.


Fabio, cette victoire est très importante pour vous et vous avez sans doute plus appris dans la difficulté qu’après vos victoires. Racontez-nous votre course et quelles ont été vos émotions aujourd’hui ?

Fabio Quartararo : « Honnêtement, cela été une course difficile. J’ai fait un très bon départ mais je me suis retrouvé quatrième, puis Jack a commis une erreur et j’ai su que c’était le moment parfait pour le doubler. Puis, quand j’ai pris le commandement, Franco est resté cinq ou six tours derrière moi, et notre rythme était très rapide. À ce moment, j’ai pensé que c’était bien trop rapide pour garder un pneu frais jusqu’à la fin. Sur la fin, j’étais trois secondes plus lent, mais ce n’est pas parce que je gérais : J’attaquais au maximum ! Malheureusement, c’est difficile à comprendre car les deux autres garçons ici étaient bien plus rapides que moi sur la fin de course, mais je pense qu’il était très important de faire la première partie de la course du mieux possible. Donc oui, nous pouvons être heureux de notre travail aujourd’hui, car après cinq courses consécutives où nous avons eu une période difficile, nous avons beaucoup appris, mais c’est bon d’être de retour sur le podium aujourd’hui. »

Les températures étaient très basses et tout le monde était un peu dans l’inconnu…

« Oui, il faisait vraiment froid, mais je ne m’attendais pas à ce que l’adhérence soit aussi bonne dans la première partie de la course. Les chronos étaient très rapides ! J’ai senti un peu moins d’adhérence mais nous avons réussi à faire de très bons tours d’une autre manière. Le problème est seulement survenu à la fin : j’étais 41, puis j’ai fait deux ou trois tours en 42, puis en 43. Je pense s’il y avait eu encore deux tours, j’aurai fini avec les chronos des Moto3 (rires). C’était particulièrement bien que la course se termine au 24e tour, car au 25e je pense que ce gars (Joan Mir) m’aurait doublé. Donc oui, je suis très heureux de ramener 25 points à la maison ! »

Quel a été le moment le plus difficile de cette année ?

« En 2020… Je pense que c’était Misano 1. Nous avions parlé avec l’équipe et nous savions que les Ducati n’étaient pas si bonnes là-bas, et nous avions besoin de faire un très bon résultat. Et j’ai chuté ! Cela a été un des pires moments de l’année. Mais également, quand nous faisons trois courses de suite avec l’Autriche et Brno, et que nous ramenons 20 points en trois courses, nous avons beaucoup souffert. Il y a donc eu beaucoup de moments où nous avons peiné, mais même dans ces moments difficiles, j’ai toujours travaillé dur, et même encore plus dur, donc c’est super d’être de retour devant. »

Pensez-vous que le championnat va uniquement se décider entre vous et Joan Mir ?

« Nous avons vu que dans le championnat, les sept premières courses avaient été des hauts et des bas pour tout le monde, et nous sommes arrivés à un moment où le top 9 se tenait en 25 points. Donc on ne sait jamais ! Je ne sais donc pas vraiment quoi répondre, à part qu’il est encore trop tôt pour dire que ce sera entre nous deux. Il y a encore beaucoup de courses et une petite erreur peut coûter beaucoup. Continuons donc à faire le même travail, c’est-à-dire à travailler très dur pour être là et donner notre maximum à chaque course. »

Marc Márquez a dit qu’il attendait beaucoup plus de vous. Quelle est votre réaction à ses propos et cette victoire est-elle une sorte de réponse ?

« (Rires) J’ai pensé à Marc quand il était là, c’est-à-dire jeudi, je crois. Mais non, même s’il n’avait pas fait ce commentaire, j’aurais fait exactement la même chose. Mais il a également raison car je m’attendais moi-même à un peu mieux. Donc je pense qu’il a raison. Cela n’a donc rien à voir avec ce commentaire, mais ce qui est bon, c’est que nous soyons de retour sur le podium. Et c’est bon ! »

Les températures de piste étaient très basses. Quand avez-vous décidé de votre stratégie par rapport à la dégradation des pneus ?

« Honnêtement, c’était difficile parce que Franco et Valentino ont adopté un rythme très rapide, alors que je m’attendais à ce que le rythme soit un peu plus lent car nous savions à quel point le pneu se dégradait en faisant des tours rapides. Honnêtement, quand j’ai vu que je faisais 40.1 sur un tour, j’ai pensé que ça allait être difficile à la fin de la course. A la mi-course, nous étions en 41 et à chaque tour on sentait le pneu se dégrader. J’ai vu que je n’étais pas trop mal par rapport à Franco car je conservais la même distance, mais quand j’ai vu sur mon tableau de bord que Joan était à deux secondes, j’ai dit “waouh !”. C’était le dernier tour et j’ai donné mon maximum, mais mon maximum était en 43.2. Au final, je suis arrivé avec moins d’une seconde d’avance. Je pense que c’était l’une des courses les plus difficiles pour bien ressentir les pneus, car même avec le côté gauche, je n’ai pas eu un bon feeling de toute la course au virage 2. C’était donc des conditions délicates mais une très bonne expérience. »

Pensez-vous qu’il soit normal que les pneus influencent à ce point la course ?

« Bien sûr, cela a des conséquences, mais cela affecte tout le monde. Donc mon commentaire est que cela affecte chacun de la même façon. En venant à la conférence de presse, nous avons un peu parlé avec Joan et Álex : Notre moto à certains aspects positifs en qualification et en début de course, mais nous peinons bien plus qu’eux sur la fin. Donc tout le monde a du positif et du négatif avec les pneus. Nous devons faire de mieux possible avec ça et essayer de voir pourquoi nous perdons autant sur la fin. »

Que pensez-vous de Maverick Viñales et d’Andrea Dovizioso pour le titre mondial ?

« Je ne sais pas (rires). Honnêtement, Maverick a remporté la dernière course et Andrea, à part aujourd’hui, est l’un des plus réguliers et a mené jusqu’à maintenant. Je n’ai donc pas vraiment de commentaires à ce sujet, mais bien sûr ils sont rapides ! Ils seront donc là, et nous devrons nous battre avec eux. »

 

Classement du Grand Prix de Catalogne MotoGP à Barcelone :

Crédit photo et classement : MotoGP.com




Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team