C’est un Valentino Rossi fort dépité qui s’est relevé d’une chute d’un Grand Prix de Barcelone où il ne restait que 9 tours à faire. Jusque-là, il semblait parfaitement maitriser son parcours vers le 200ème podium en catégorie reine. Mais il s’est dit que, second, c’était moins bien que premier et il a tenté d’aller chercher le leader Fabio Quartararo. Mal lui en a pris et il le reconnait bien volontiers…

A 41 ans bien sonnés, on peut encore péché par gourmandise. Valentini Rossi a cédé à la tentation, à sa grande déception. Car son sentiment après sa chute à Barcelone était bien différent de cette de Misano 2, où il savait ne rien pouvoir gagner. En Catalogne, en revanche… « Après un tel week-end, c’est bien dommage » regrette le Doctor. « J’étais rapide depuis vendredi, puis j’avais continué à m’améliorer. Je serais certainement allé sur le podium, j’aurais peut-être même pu finir devant Quartararo, car j’ai vu que, dans les derniers tours, il a beaucoup ralenti ».

Et Vale a senti dans le Français une possible proie… « J’ai poussé pour rester près de Fabio, mais je suis arrivé au deuxième virage, il se prend à gauche, le pneu de ce côté est plus froid, les températures étaient basses et j’ai perdu l’avant. J’avais besoin d’un podium après un tel week-end ».

« Je voulais gagner »

« Nous savions tous qu’aujourd’hui nous devions piloter fort mais surtout bien, pour ne pas mettre les pneus en difficulté. Jusque-là, je l’avais fait, mais je voulais gagner et pour ça, il faut pousser fort. C’est ce qui m’a motivé. Si je regarde les données, elles sont similaires à celles du tour précédent, c’était une chute comme celle de Bagnaia à Misano, vous avez du mal à l’expliquer. C’est sûr que les températures étaient basses, le côté gauche du pneu est le plus froid et je suis dépassé la limite. Mais cela reste une bêtise » reconnait celui qui a signé son contrat avec Petronas samedi pour la saison 2021.

« Je pilotais bien parce que je savais qu’à la fin de la course nous aurions des problèmes avec les pneus, j’avais un bon rythme mais je ne poussais pas très fort. Puis Morbidelli a fait une erreur dans le premier virage et à ce moment-là j’ai poussé parce que je ne voulais pas que Quartararo prenne trop d’avantage. De plus, les Suzuki et Ducati étaient proches et je savais qu’elles seraient rapides dans la course finale. Malheureusement, j’ai fait une erreur ».

« Lorsque vous vous sentez à l’aise avec la moto, vous devez rester à l’avant. J’aurais certainement pu monter sur le podium, probablement en 2e position, mais aussi gagner. J’ai été tenté. C’était vraiment rapide, je sentais que c’était une grande chance pour moi, tout aurait pu arriver, mais je ne m’attendais pas à tomber. Cela aurait été mon deuxième podium de l’année, mais surtout j’aurais rapporté des points importants pour le championnat et maintenant je serais toujours dans le match » reconnait l’équipier de Viñales, seulement neuvième.

Il termine : « pour ne pas se jeter par la fenêtre ce soir, il faut penser que c’était un bon week-end, dans lequel j’ai bien roulé. J’aurais pu me battre pour la victoire et nous suivons un chemin très intéressant pour les réglages. Pour moi, le championnat est fini, mais j’ai toujours de grandes motivations pour être rapide d’ici la fin de la saison ».

Valentino Rossi compte à présent 58 points de retard au championnat. Ce n’est certes pas mathématiquement rédhibitoire. Mais l’homme de Tavullia ne s’est pas facilité la tâche.

MotoGP Barcelone J3 : classement



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP