Être le manufacturier unique du MotoGP, c’est renoncer à une vie s’écoulant comme un long fleuve tranquille. Et encore plus en cette période où le calendrier a été chamboulé en raison de la pandémie qui sévit toujours. Les Grands Prix initialement prévus sont arrivés plus tard dans l‘année, offrant des conditions bien différentes de celles attendues. Or, les choix des pneus avaient déjà été arrêtés et l’allocation fixée. A Barcelone, le week-end dernier, la température ambiante de 18° lors du dimanche de la course a compliqué les choses. Certains pilotes s’en sont agacés. Mais comme toujours lorsque c’est le cas, le représentant du Bibendum Piero Taramasso monte au créneau…

Piero Taramasso n’est pas resté sourd aux critiques qui ont fusé de ci de là au lendemain du Grand Prix de Barcelone et portant sur l’allocation pneumatique fixée pour cette huitième manche du championnat. Le spécialiste résume ainsi sa défense : « il est impossible de prévoir la météo longtemps à l’avance ». Et il ne parle pas de l’épisode de Spielberg avancé par Alex Marquez au cours de la commission de sécurité où un changement de la donne pneumatique a été rendu impossible en raison du véto des pilotes KTM

Alors on s’en tiendra à ce qui vaut version officielle de Michelin sur la question. Et pour Piero Taramasso, patron de Michelin Motorsport, le manufacturier n’a rien à se reprocher. « Je pense que Michelin n’a pas eu le temps de changer la sélection de pneus. Vous devez donc composer avec ceux qui sont disponibles. Mais nous avons tous des difficultés avec cela ». Pol Espargarò et Miguel Oliveira ont eu des difficultés avec le refroidissement du pneu avant medium qui les ont conduits jusqu’à la chute. Dans ces cas, cependant, l’aggravation de la situation trouve sa source dans un choix incorrect de composé, car presque tout le monde a opté pour le soft également sur le devant.

« Les techniciens Michelin ont travaillé en étroite collaboration avec tous les pilotes »

Taramasso ne nie pas que les pneus n’étaient pas très adaptés aux conditions, mais prédire la météo, dans une saison mise en place dans un le contexte de l’urgence Covid n’est pas du tout facile. « Le week-end a été très chargé pour toutes les personnes impliquées », a déclaré Piero Taramasso. « Nous devons choisir les pneus avant la saison et nous sommes venus à Barcelone en septembre au lieu de juin comme d’habitude. Malheureusement, nous avons trouvé des conditions exceptionnellement froides pour cette période de l’année. Cela a rendu très difficile la mise en température des pneus, et les pilotes ont eu du mal à trouver l’adhérence ».

Les techniciens Michelin ont travaillé en étroite collaboration avec tous les pilotes pour apporter des connaissances utiles afin de trouver la meilleure combinaison de pneus afin de leur assurer la meilleure adhérence possible. « Il n’est pas facile de deviner les conditions si vous n’êtes pas encore sur la piste à ce moment de l’année », a ajouté l’ingénieur italien. « Si vous gardez tout cela à l’esprit et le fait que sur les quatre pneus de la gamme qui ont été apportés pour la course, trois d’entre eux ont été utilisés, on peut dire que notre sélection n’était pas loin d’être parfaite ». CQFD.



Tous les articles sur les Pilotes : Pol Espargaro

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP