Stefan Bradl est le pilote d’essai Honda et même s’il évolue moins sous les projecteurs que l’an passé, où il était le remplaçant d’un Marc Marquez blessé durant la saison de MotoGP, il accumule toujours les kilomètres sur la RC213V. Car celle-ci ne va pas mieux et au vu des difficultés rencontrées par les pilotes titulaires en cette année 2021, on pourrait même dire que les choses se sont empirées. Dans un entretien, il fait le point sur la situation technique avec des précisions étonnantes…

Stefan Bradl travaille d’arrache-pied sur une Honda RC213V qui montre toujours des limites inquiétantes. Le pilote de 31 ans a limé la piste de Jerez et de Misano, et a terminé trois courses. Deux au Qatar où il remplaçait Marc Marquez, et une à Jerez en tant que wildcard. Cependant, la moto du premier constructeur mondial ne peut utiliser que 80% du potentiel des nouveaux pneus arrière tendres, ce qui coûte de deux à un dixième sur un seul tour rapide et explique les mauvaises positions de départ. Il y a généralement un manque de traction à l’arrière, si bien que la vitesse en course et la régularité laissent beaucoup à désirer.

Et puis il y a aussi d’autres écueils, comme ce problème électronique dont a été victime Marc Marquez à Assen. Catapulté dans les airs par sa machine, l’octuple Champion du Monde s’est retrouvé groggy dans le bac à graviers batave mais miraculeusement indemne après une figure effrayante qui rappelait beaucoup celle de son accident majeur à Jerez en 2020…

Lorsque l’Espagnol a commenté les faits, il n’a pas mâché ses mots en pointant l’électronique Honda du doigt. Stefan Bradl apporte des précisions sur cet épisode. Dans les colonnes de Speedweek, il fait même cette révélation : « nous avions eu ce problème lors du dernier test des 23/24 juin à Misano et nous l’avions résolu. Mais la mise à jour n’a été mise en œuvre pour Marc à Assen que le samedi. C’était l’une des choses que nous avions à l’ordre du jour à Misano. Nous avons travaillé dessus. Samedi, c’était au sein de l’équipe Repsol à Assen. Et ça a marché ».

Bradl : “nous le savions depuis les tests de Misano mais la mise à jour n’a été faite pour Marc à Assen que le samedi”

Bradl Marc Marquez

Certes, mais ce délai d’installation aurait pu se révéler dramatique au vu de la chute de Marc Marquez qui roulait donc avec une Honda au problème connu. D’où la colère affichée ensuite par l’Espagnol : « on comprend que cela soit frustrant et puis il donne le ton en direction de Honda. Mais il a également déclaré samedi que l’erreur avait été corrigée ». L’Allemand poursuit le sujet technique en levant le voile sur le travail en cours : « le développement est désormais basé sur le pilote actuellement le plus rapide. Et c’est toujours juste Marc Marquez. Donc, les autres pilotes Honda doivent soit s’adapter, soit faire leurs propres trucs. Ce n’est pas facile non plus pour les deux pilotes LCR. C’est clair ».

« Beaucoup de choses sont essayées. Mais nous n’en sommes pas encore là où nous avons trouvé quelque chose de mieux. Pour cette année, Honda s’efforce de sauver ce qui peut l’être. Mais l’objectif principal est de développer la nouvelle moto 2022. L’électronique est également travaillée afin d’affiner un peu les détails. Cela devrait aider à contenir les dommages pour le reste de la saison » ajoute Bradl.

Cependant, l’essentiel des efforts déployés est dirigé vers une direction : « maintenant, juillet a commencé, c’est les vacances d’été. Le championnat se poursuit en août. L’accent est mis sur 2022. C’est clair. Il y aura un test officiel de deux jours pour les pilotes réguliers mardi et mercredi après le Grand Prix de Misano. Bien sûr, le matériel pour 2022 est en cours d’expérimentation. Il y a des composants que, en tant que pilote d’essai, je suis déjà en train de les trier. Mais c’est clair : Honda a maintenant apporté un nouveau châssis. L’accent est déjà mis sur l’année prochaine ».

Stefan Bradl



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez, Stefan Bradl

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team