Au sein du team LCR, on note comme une dégradation dans les relations jusque-là policées entre Cal Crutchlow et Takaaki Nakagami. Il faut dire que ce dernier veut s’émanciper du premier pour s’affirmer un peu plus auprès d’une usine Honda qui doit encore confirmer son contrat. Alors, forcément, ça coince, y compris lorsqu’il s’agit de faire des tests…

Le test en question est celui de Barcelone qui a suivi un Grand Prix de Catalogne où il y a eu quelques frictions entre l’Anglais et le Japonais. On y a vu un Nakagami rouler de concert avec Marc Márquez sur une version 2019 de la RC213V alors qu’il est normalement doté de l’opus 2018. Ceci avec un chrono correct, voire meilleur qu’avec sa machine de l’an passé, et des commentaires enthousiastes. De quoi s’inquiéter pour Crutchlow ? Ce dernier tient à raconter sa version des faits pour mieux insister sur une manœuvre pratiquement déloyale du Japonais…

Cal Crutchlow explique ainsi : « Taka croit que le HRC lui a demandé de tester la moto 2019, mais ce n’est pas le cas. C’est moi qui supplie le HRC depuis six mois pour qu’il la pilote et qu’il puisse ainsi confirmer mon évaluation. Le problème avec ce test était que Taka voulait juste piloter vite et il a utilisé le nouveau pneu de développement tendre ».

Une démarche critiquée par l’Anglais : « il voulait juste pouvoir dire rapidement qu’il avait besoin d’une moto d’usine pour l’année prochaine, alors je pense que son chef d’équipe et lui essayaient d’y arriver aussi vite que possible. Je n’ai pas utilisé de pneus tendres de toute la journée et j’ai terminé mes essais plus tôt parce que je lui ai donné une de nos motos ».

Malgré les critiques, Crutchlow rappelle l’analyse de Nakagami, peu ou prou similaire à la sienne : « il a confirmé mes sentiments. Il y a des aspects positifs, car le moteur est plus puissant et le pneu arrière patine moins à la sortie du virage, mais le virage est devenu beaucoup plus difficile à négocier. Sa moto et la mienne présentent des aspects à la fois positifs et négatifs. C’est bien qu’il l’ait prise parce que j’ai mis beaucoup de pression pour que ça se fasse, c’était bien de pouvoir expliquer la situation ».

Nakagami confirme également les critiques de Crutchlow à l’égard de la Honda 2019 depuis les essais hivernaux. « Le sentiment pour l’avant est un peu différent, en particulier à l’entrée du virage. Mais je ne peux pas dire que c’est négatif, car je sens la vitesse » a déclaré le Japonais. « Les performances et l’accélération sont un peu meilleures sur la moto 2019. Vous conduisez donc un peu différemment, vous pouvez entrer plus tôt et vous concentrer davantage sur la sortie de virage ».

« Avec le moteur 2018, le caractère est différent. La puissance délivrée est très différente. Marc Márquez dit qu’il peut piloter différemment cette année, et je suis tout à fait d’accord avec ça ».

Le prochain test aura lieu au lendemain du Grand Prix de la République Tchèque à Brno.  Mais Nakagami ne testera plus la RC213V 2019 : « non, parce que pour moi cela n’a aucun sens, car on peut perdre le sentiment de la moto 2018. Le concept est complètement différent ».

Bien que Nakagami n’ait pas encore signé de contrat pour 2020, il est probable que l’équipe de Lucio Cecchinello garde son pilote. « Il n’y a pas de nouvelles, car nous ne sommes pas encore d’accord sur les détails » a déclaré Nakagami pour la dernière fois au Sachsenring. Ce qu’il veut, c’est clair : « j’ai besoin d’une moto d’usine pour améliorer mes résultats et être à la pointe, je voudrais concourir dans les mêmes conditions. Si je devais avoir encore une machine de l’année précédente, il serait difficile de pouvoir gagner et de monter sur le podium ».

 


Tous les articles sur les Pilotes : Cal Crutchlow

Tous les articles sur les Teams : LCR Honda