Cal Crutchlow est donc celui qui s’est retrouvé à rester debout dans le jeu des chaises musicales organisé par Honda. Un verdict qui est arrivé assez tôt, si bien que l’Anglais a eu le temps de digérer le fait que Pol Espargaró, puis Alex Marquez lui aient été préférés. Il continuera à faire le job et travaille sur son avenir en pensant à Aprilia et en lorgnant du côté de Ducati. Il a toujours le moral et la langue bien pendue. La preuve…

2020 sera la dernière saison de Cal Crutchlow avec l’usine Honda. Il avait un contrat HRC au sein du team satellite LCR à qui il a notamment rapporté trois victoires. Et même si tout le staff loue le service rendu durant son affectation, il est invité à quitter les lieux.

Alex Marquez prendra sa place parce que Pol Espargaró s’installera au sein du team Repsol Honda comme équipier de Marc Marquez. L’Anglais a souhaité ainsi la bienvenue au futur ex de KTM… « Je ne suis pas surpris par les nouvelles, je sais tout depuis un certain temps » a commenté Cal qui précise cependant : « en tout cas, je suis surpris par qui ils ont choisi. S’ils avaient pris un pilote comme Dovizioso, ça aurait été différent pour moi, mais ils ont choisi un pilote qui n’a fait qu’un podium en MotoGP. Et ils ont déplacé Alex Marquez après lui avoir fait faire ses débuts dans l’équipe officielle ».

Au cas où on n’aurait pas saisi son point de vue, il se livre à une comparaison comptable avec le nouveau promu : « avec Honda, j’ai eu de nombreux succès, j’ai gagné 3 courses, fait 12 podiums. Comparez ce que des pilotes comme Miller, Morbidelli, Redding ou Luthi ont fait, les résultats parlent pour moi. J’ai fait du bon travail ». Chez Honda s’entend.

« Cependant, je ne pense pas que cela changera quoi que ce soit pour moi au cours de la saison, je pense que Honda continuera de me soutenir » a déclaré Cal. “Pour le test, ils m’ont donné des pièces à essayer, même si elles ne fonctionnaient pas pour moi. Pour améliorer la moto, les ingénieurs ont besoin de données, sans courses ni tests c’est difficile de le faire ».

Le problème de la Honda est toujours là

Au sujet du test de Jerez qui était une sorte de prérentrée du MotoGP après des mois de confinement, Cal Crutchlow assure que la RC213V n’a pas complètement résolu ses problèmes, bien que le pilote soit assez satisfait de son retour en MotoGP.

« La dernière fois que je suis monté sur une moto c’était lors des essais au Qatar. Compte tenu de cela, je suis allé étonnamment bien, surtout dans le matin. L’après-midi, sous la chaleur, j’ai eu encore plus de mal, nous devons travailler, j’ai eu du mal à faire tourner la moto, surtout dans les virages les plus rapides ». Le nouveau pneu arrière apporté par Michelin fait également partie des ennuis.

« Je pense que c’est un bon pneu, il a plus d’adhérence mais c’est précisément la cause des problèmes pour Honda » a-t-il expliqué. « Nous avions l’habitude de faire glisser l’arrière, afin de fermer les virages, mais maintenant il y a trop d’adhérence et ça pousse sur le pneu avant, nous devrions enlever un peu d’adhérence ». 14ème l’après-midi, Cal Crutchlow finit au septième rang au classement combiné… Et second Honda.

MotoGP Test Jerez : chronos après-midi et combinés



Tous les articles sur les Pilotes : Cal Crutchlow

Tous les articles sur les Teams : LCR Honda