En ce vendredi 4 juin 2021, Johann Zarco a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit de Barcelona-Catalunya à l’issue de la première journée du Grand Prix de Catalogne.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote français, qui se présente ce weekend en Catalogne avec le statut de 2e du championnat derrière son compatriote Fabio Quartararo.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Johann Zarco sans la moindre mise en forme, même si la première partie est traduite de l’anglais (vouvoiement).


Johann Zarco : « Une bonne journée ! Je suis heureux de mener le classement aujourd’hui. Depuis ce matin, j’ai eu un bon feeling. Nous avons commencé avec une très bonne base sur la moto, et si nous n’avons pas encore trouvé les petites choses que nous cherchions, au moins je peux être rapide avec la base de la moto. Je pense que nous l’avons vu, mais clairement suivre Fabio durant les deux derniers tours a été une grande aide pour être premier et faire ce 39.2. Tout seul, je pense que j’aurais été dans le top 10 car un 39.6 ou 39.8 aurait été possible, mais suivre Fabio pendant ses tours rapides a vraiment été intéressant au final pour voir de bonnes choses et donner ces commentaires pour développer la moto, quasiment comme au Mugello.
Je suis donc satisfait de cette première journée. C’est une piste où pour moi il y a une sorte de facilité car vous n’avez pas besoin de pousser autant qu’au Mugello pour faire fonctionner la moto. Vous économisez donc de l’énergie et vous pouvez encore penser davantage au rythme de course pour dimanche. Il faisait très chaud aujourd’hui, une chaleur lourde avec sans doute beaucoup d’humidité. Nous n’avons pas essayé tous les pneus mais il semble que l’arrière dur peut très bien fonctionner et nous devons le confirmer demain. »

On a vu que les trois sortes de pneus arrière avaient été utilisés. Qu’en pensez-vous ?

« Je pense que la plupart des pilotes ont utilisé l’arrière médium et que c’est une façon d’économiser les pneus arrière tendres. Ceux-ci peuvent être une option pour la course et je pense c’est pourquoi la plupart des pilotes les ont économisés, et le feront aussi en FP3 et en qualification. Certains pilotes ont essayé le dur et Oliveira a même fait le meilleur tour avec l’arrière dur, et c’est une sorte de signe que nous devons analyser. »

Dans quelle mesure votre style de pilotage a changé depuis que vous êtes passé de Yamaha à Ducati ?

« Cela fait longtemps, mais je pense la plus grande différence était que je ne poussais pas autant sur le pneu avant dans le passé. Quand j’étais chez Yamaha, c’était le début de Michelin, peut-être la deuxième ou la troisième année de Michelin, et je pense que le pneu avant n’était pas aussi bon qu’aujourd’hui. Le fait de ne pas pouvoir pousser l’avant m’a aidé à être rapide. Maintenant, je pense mon pilotage est, comme tout le monde, beaucoup plus de forcer sur l’avant, d’utiliser mieux l’avant de la moto. Je pense que c’est l’énorme différence. Avec la Yamaha, si vous n’utilisez pas l’avant, vous pouvez être plutôt rapide. Pas aussi rapide que Fabio car je n’ai pas fait ses performances, mais ma moyenne était bonne, alors que sur les autres motos, si vous ne le faites pas bien, vous ???. »

Êtes-vous d’accord avec ceux qui disent que la Ducati utilise des trajectoires en V ?

« Peut-être. C’est difficile à dire car chaque virage est particulier. Ici, en Catalogne, j’aime avoir de la vitesse de passage alors que normalement celle-ci me procure un problème. Ici, en Catalogne, cela me procure de bonnes possibilités, donc cela dépend beaucoup des circuits. »

Avez-vous suivi Fabio Quartararo exprès ?

« Cela a été un bon moment. Quand je suis sorti, j’ai vu que Fabio sortait aussi. Nous ne pouvions pas vraiment bien voir à quel moment il sortirait car il était un peu loin de notre box, mais j’ai eu la chance d’avoir le bon timing. Et avant tout, avoir la chance qu’il continue à attaquer durant les deux derniers tours, ce qui m’a aidé à performer. »

Nous avons vu quelques drapeaux français avec votre nom dans les tribunes…

« Je pense ce weekend, la plupart des fans sont français. C’est bien ! Catalunya-Barcelona est le Grand Prix français pour le sud de la France, car le Mans est trop loin, trop froid, et trop pluvieux pour les personnes qui vivent dans le sud, donc elles préfèrent aller à Barcelone. »

Vous dites qu’il y a certaines choses que vous n’avez pas trouvées et que vous allez continuer à aller chercher demain : Pouvez-vous en parler ?

« Je pense c’est toujours quelque chose entre l’adhérence et la capacité à tourner. C’est quelque chose que Yamaha possède très bien. Nous avons vraiment des points forts et si nous pouvons améliorer ce domaine, nous aurons une moto fantastique pour se battre pour la victoire. Voilà ce que nous recherchons. »

Il semble que quand l’adhérence est faible, vous êtes le pilote Ducati le plus rapide. C’était déjà le cas l’année dernière : Est-ce toujours le cas maintenant ?

« C’est vrai. Ici, en Catalogne, l’adhérence est étrange car vous ne pouvez pas attaquer sur la moto comme nous avons l’habitude de le faire. Cela me procure une moyenne avec laquelle je suis compétitif. Je ne peux pas vous dire pourquoi, mais si aujourd’hui la piste avait une adhérence faible c’est vrai que j’ai moins peiné que lors des autres weekends. »

Ton contrat avec Pramac a été prolongé hier, et tu fais le meilleur temps aujourd’hui : Tout roule ?

« Tout roule, en effet. De toute façon, on performe et on a la chance de pouvoir jouer le titre cette année, donc il faut en profiter. Je n’étais pas inquiet, parce que les performances depuis le Qatar et l’ambiance dans le team étaient tellement bonnes que cela va de soi que l’on puisse continuer ensemble. Et je n’ai pas trop de temps à perdre, donc pour moi avoir la chance de jouer le titre, c’est avec Ducati que ça se fera, que ce soit cette année ou les autres années, en espérant continuer avec eux plusieurs années. C’est l’équipe avec laquelle je dois rester, ou en tout cas la moto avec laquelle je dois rester, donc rester avec Pramac est une bonne chose parce que l’ambiance est bonne et mon statut de pilote satellite me va très bien. Pour l’instant, j’ai une belle vie ! »

À Roland-Garros, il y a une sportive qui a décidé de quitter le tournoi pour préserver sa santé mentale et éviter les sollicitations médias. Est-ce que c’est quelque chose que tu comprends ?

« Je n’ai pas suivi et je ne sais pas de quelle manière ils sont sollicités. Pour ma part, c’est assez organisé. Je ne sais pas si c’est le fait d’avoir l’expérience est d’avoir passé période difficile, mais si à un moment il y a quelque chose qui ne me plaît pas dans des questions, je peux le dire aux journalistes et être très clair sur mon souhait de répondre ou pas. Ça ça aide déjà, même sur certains journalistes, à éviter certaines questions. Ça peut s’entendre, mais jusqu’à quitter le tournoi ça fait quand même beaucoup ! Donc je ne connais pas la situation, mais oui, selon les questions je peux comprendre. »

La pluie est attendue entre demain et dimanche…

« C’est possible, oui. De toute façon, s’il y a un peu de pluie demain, ou qu’il fait frais, ou qu’il y a quelques gouttes et que la piste est sèche, ça va rouler plus vite parce que le matin s’accroche mieux, et le fait qu’il y ait justement des conditions pas top, enfin pas top, tant que la piste reste sèche elle sera moins chaude qu’aujourd’hui. Là, on voit vite que cette chaleur détruit les pneus à une vitesse assez incroyable ! Le problème, c’est que si on te met des pneus beaucoup plus durs pour encaisser la chaleur, à un moment ça n’accroche plus. C’est ce jeu qu’essaie de faire Michelin. Oui, je crois que ça peut jouer, mais comme la base était excellente dès le début de la journée, ça peut même tourner à mon avantage, espérons-le. »

Comment cela t’aide-t-il concrètement d’avoir Fabio Quartararo en point de mire ?

« On voit très bien que sa moto semble moins nerveuse en sortie de virage. Est-ce que c’est du turning ou du grip, mais quand il accélère, il y a une phase où moi, au lieu d’aller vers l’avant, je glisse et je vais vers l’extérieur. C’est là où le suivre m’a permis de faire des mètres, mais en m’accrochant sans trop aller à l’extérieur. Si je suis seul, c’est difficile de juger ça et de savoir si la vitesse est bonne. C’est là qu’il a été fort au Mugello, parce que moi, au fur et à mesure des tours, ça devenait délicat, et c’est là où il a cette force, même ici à Barcelone : en étant seul, il enchaîne deux chronos tip top, alors que je n’étais pas le seul à lui accrocher la roue mais je suis peut-être le seul à être vraiment resté proche de lui. Mais il y avait plusieurs morts de faim derrière. On dit souvent que c’est la Yamaha qui donne ça, mais il sait aussi très bien rentrer dans les virages pour utiliser ça. »

 

 

Classement de la FP2 du Grand Prix de Catalogne MotoGP à Barcelone :

Crédit classement : MotoGP.com




Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : Pramac Racing