Chicho Lorenzo ne pouvait pas passer à côté du cas Maverick Viñales en MotoGP. Avec la fin prématurée de son aventure au sein d’une usine Yamaha qui semble soulagée de s’en être défait, le Top Gun alimente la chronique du paddock. L’impitoyable père de Jorge s’est érigé en procureur et a livré son réquisitoire. Qui est sans appel…

Chicho Lorenzo n’est pas du genre à faire dans la demi-mesure lorsqu’il traite un sujet relatif à un pilote de Grand Prix moto. Une humeur qu’il confirme sur Motogepeando dans son évaluation de la situation d’un Maverick Viñales dont la carrière est tout sauf un long fleuve tranquille. La faute à qui ? Le père du quintuple Champion du Monde retraité et lui aussi à présent chroniqueur répond.

Il fait d’abord le constat d’une carrière faite de beaucoup de hauts et de bas : « je pense qu’il a toujours eu ce problème, et il l’avait quand il courait en 125cc. Depuis qu’il est en MotoGP, tout a été une succession de hauts et de bas, de grandes victoires… car quand il a tout prévu, il est capable de faire des courses impressionnantes. Et puis aussi des choses étranges, des courses étranges. C’est une chose si cette course ne se passe pas bien pour vous, mais des choses étranges se produisent toujours autour de Maverick. Je pense qu’il n’a pas trouvé la stabilité émotionnelle et mentale ».

Une fragilité qui s’est révélée être rédhibitoire au contact d’un excellent coéquipier : « il y a eu l’arrivée de Quartararo, un pilote inexpérimenté et jeune qui est immédiatement devenu le roi du garage avec ses résultats. Cela l’a également rendu plus discutable ». Une perte de crédibilité qui a tout précipité : « lorsque l’argent n’est plus un problème, vous voulez partir rapidement, tourner la page et ouvrir un nouveau chapitre. Cette situation le dépasse de toutes parts. Il a définitivement perdu pied à cause de la pression de ces derniers temps, du manque de résultats, de tout le monde qui le remettait en question et de cette spirale dans laquelle il était et dont il voulait en sortir pour tourner la page dès que possible ».

Maverick Viñales, Aleix Espargaro_2021

Chicho Lorenzo : “je suis sûr que c’est lui qui était le problème, malgré ce que disent les défenseurs du sabotage et du complot”

« En fin de compte, ce que nous voyons de Maverick, c’est beaucoup de changements. Il a changé d’équipe. Il était chez Suzuki, il allait bien, il était le pilote numéro un, il allait bien et il est passé chez Yamaha en pensant que les choses allaient être meilleures pour lui. Ensuite, il obtient Ramon Forcada, un technicien difficile à côtoyer, mais avec beaucoup d’expérience et un grand palmarès. Et puis il change de numéro, il a changé de chef mécanicien plusieurs fois ».

Le réquisitoire se termine ainsi : « il a changé toutes les pièces autour de lui. Alors je suis sûr que c’est lui qui était le problème, malgré ce que disent les défenseurs du sabotage et du complot ». Au vu de ce qui précède, doit-on d’ores et déjà s’inquiéter pour le commando Aprilia qui l’a intégré dans ses rangs ? « Nous ne pouvons pas fermer la porte d’un Viñales qui fera une grande performance sur l’Aprilia. Nous le saurons très bientôt, je laisserais la porte ouverte. Nous verrons quel est le bon travail qu’Aleix Espargaró et Aprilia ont fait pour fabriquer une moto docile et facile à piloter. Et aussi s’il peut s’y adapter facilement. Ce sera intéressant ».

Line UP_MotoGP 2022_Viñales Version_2021

 



Tous les articles sur les Pilotes : Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP