MotoGP Conférence Lin Jarvis (Yamaha) : « Le titre pilote est celui qui compte vraiment, celui dont on se souviendra dans les années à venir », etc. (Intégralité)

par | 29 novembre 2021

Lors du dernier Grand Prix MotoGP de la saison 2021, les 6 constructeurs impliqués dans la catégorie reine ont été réunis pour dresser le bilan de la saison présente et répondre aux questions de la presse.

Étaient donc présents ce 12 novembre 2021, Paolo Ciabatti (Directeur Sportif Ducati Corse), Lin Jarvis (Directeur Opérationnel de Yamaha Motor Racing & Team Principal de Monster Energy Yamaha MotoGP), Shinichi Sahara (Project Leader et Team Manager du Team Ecstar Suzuki MotoGP), Alberto Puig (Team Manager HRC), Mike Leitner (Directeur de Course Red Bull KTM Factory Racing) et Massimo Rivola (PDG Aprilia Racing).

Après Paolo Ciabatti qui a eu l’honneur de débuter la conférence en raison du titre constructeur, Lin Jarvis s’est prêté au jeu… Très, très longuement, ce qui explique la diffusion en plusieurs parties !

Comme à notre habitude, nous reportons les propos de Lin Jarvis sans aucune mise en forme et en intégralité.


Lin Jarvis : « Bien sûr, nous sommes super heureux des résultats. Au final, nous sommes tous là pour essayer de remporter le titre pilote , qui est celui qui compte vraiment, celui dont on se souviendra dans les années à venir (ndlr : rires devant la mimique de Paolo Ciabatti qui n’apprécie pas vraiment…). Non, nous sommes des compétiteurs très amicaux sur et en dehors de la piste, donc cela fait partie du jeu (Paolo Ciabatti sourit). Mais non, évidemment super heureux. Cela faisait cinq années sans avoir remporté le titre pilote, donc c’est vraiment bien. Je pense que Fabio a fait une saison proche de la perfection. Il a fait un peu comme Joan Mir et il a obtenu le titre puis il a malheureusement chuté à la course suivante, le weekend dernier, ce qui a finalement été le facteur décisif qui a permis à Ducati de s’emparer du mérité titre constructeur. Il y a toujours le titre des teams en jeu mais ce sera très difficile de l’obtenir avec 28 points à rattraper et une seule course à faire, mais il ne faut jamais dire jamais dans ce monde : A Misano, ils ont terminé avec 0 point puis à Portimão nous avons terminé avec presque 0 point. Donc les choses peuvent changer très rapidement ici car c’est hautement compétitif, mais c’est vraiment très bien d’avoir un autre titre pilote dans la poche. »

Quel a été le plus grand changement qui a conduit à ce retour au plus haut niveau ?

« Eh bien, je suppose qu’il s’agit simplement de rassembler l’ensemble du package et de travailler ensemble en équipe et d’avoir les ingénieurs qui travaillent beaucoup plus étroitement avec l’équipe et avec les Européens. Pour gagner dans ce monde hautement compétitif, où il y a six constructeurs, vous devez vraiment tout mettre en ligne. C’est très compliqué et complexe, imprévisible aussi, et parfois vous avez presque tout en ligne mais ensuite un problème majeur se produit. Comme Marc par exemple, avec sa blessure totalement inattendue il y a un an, ce qui a changé la donne pour Honda. Donc je pense que nous nous sommes définitivement regroupés les deux ou trois dernières années. L’année dernière a été difficile. Vous vous souvenez tous, et je m’en souviens malheureusement dans de nombreux aspects, l’année dernière nous avons eu des problèmes avec le moteur, nous avons eu l’histoire des soupapes. Vous savez, si vous commettez certaines erreurs dans votre préparation et vos process, alors vous n’atteignez pas l’objectif, donc cette année, vraiment nous avons fait un pas en avant par rapport à l’année dernière. Nous manquons toujours de puissance pure, comme tout le monde le voit, mais cela est également dû aux restrictions de la Covid, car il n’y a pas eu de développement moteur de la saison dernière à cette année. Nous n’avons donc pas pu faire un pas en avant mais nous avons amélioré beaucoup beaucoup d’autres choses cette année. Nous avons pris Fabio dans l’équipe d’usine, nous l’avons pris dans l’équipe d’usine avec certains membres de son équipe de l’année dernière à bord, et (il y a eu) une très bonne synergie, un très bon travail collectif. Ce n’est pas la première année de Fabio chez Yamaha, c’est sa troisième année avec Yamaha, donc je pense que Fabio a progressé cette année aussi. Nous avons corrigé bon nombre des problèmes que nous avons eu avec la moto de l’année dernière. Quand il s’agit d’une moto d’usine complètement nouvelle, d’une nouvelle génération… (grimace) Mais ce n’était pas très agréable. Je pense donc que nous avons simplement progressé et que nous avons pu faire le job. »

Pour la saison prochaine, avec un développement à nouveau autorisé, doit-on s’attendre à quelque chose de spectaculaire ou simplement à une légère évolution ?

« Je pense que du côté de Yamaha, évidemment, c’est très similaire à Ducati. J’espère que Ducati va dégonfler son moteur pour l’année prochaine, ce qui serait tout à notre avantage, mais cela ne va probablement pas se produire (sourire). Le point clef est donc vraiment d’essayer de conserver tous les points positifs que vous avez sur votre moto, essayer de ne pas détruire le package. Parfois vous pouvez faire un grand pas en avant et vous pouvez détruire l’équilibre de la moto, donc je pense que dans notre cas ce sera une évolution de  la moto de base et de notre package. Mais clairement nous devons travailler sur la puissance, sur la vitesse de pointe, ce qui, je pense peut être une combinaison de moteur, d’électronique et d’aérodynamique. Donc ce sera là où nous essaierons de nous concentrer, juste pour corriger les faiblesses. »

A suivre ici

Crédit photos : Yamaha et MotoGP.com

Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo, Franco Morbidelli

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP