La trêve estivale permet aux pilotes MotoGP de se remettre de neuf courses intenses auxquelles il faut ajouter deux journées d’essais officielles à Jerez et Barcelone. Certains rechargent simplement leurs batteries, mais d’autres se refont carrément une santé. Plutôt que de vacances, il faut parler de convalescence. Ils sont sept déclarés à devoir se remettre d’aplomb. Voici la liste…

Physiquement et moralement, cette pause dans la saison est la bienvenue pour les pilotes de Grand Prix. Surtout pour ceux qui y sont arrivés sur les rotules. A mi-saison, l’infirmerie du MotoGP est bien remplie. La preuve.

Le premier de la liste est un Jorge Lorenzo qui doit se remettre de fractures vertébrales. Une vraie série noire pour le désormais officiel Honda dont la fin de période avec Ducati avait été une épreuve pour son corps, tandis que l’intersaison avait déjà été marquée par des blessures. Il a abordé le premier Grand Prix au Qatar avec un poignet blessé, puis il a subi une fracture costale. Lors du test de Barcelone, il a chuté à grande vitesse et s’est blessé au haut du corps. Un peu plus d’une semaine plus tard, Lorenzo a chuté à Assen et il s’est cassé deux vertèbres. Il a été contraint de déclarer forfait pour   le TT néerlandais et le Grand Prix d’Allemagne. Un retour en force est espéré pour le Grand Prix tchèque le premier week-end d’août. Mais il est aussi possible que Lorenzo manque Brno et l’échéance suivante à Spielberg.

Takaaki Nakagami quant à lui, souffre de sa cheville. Le Japonais du team LCR Honda a livré au Sachsenring une performance héroïque. Dans la course précédente d’Assen, Valentino Rossi l’avait fait tomber à grande vitesse. Depuis, Nakagami a ressenti une douleur intense à la cheville, où certains ligaments ont été endommagés et il ne peut marcher qu’avec des béquilles. Néanmoins, il était de retour sur sa Honda RC213V cinq jours après le crash d’Assen pour les premières séances d’essais en Allemagne et a connu des difficultés tout au long du week-end. Son abnégation a été récompensée par deux points du Grand Prix d’Allemagne.

Cal Crutchlow regrette quant à lui une fracture du tibia et déchirure du ligament croisé. On rappellera que l’Anglais a dû faire une longue pause à la suite d’une blessure, consécutive à une lourde chute à Phillip Island qui l’avait laissé avec une cheville brisée. Dans la pause entre Assen et le Sachsenring, il s’est blessé au genou en …ajustant la selle de son vélo ! Diagnostic : Fracture du tibia et déchirure du ligament croisé. Le départ de Crutchlow au Sachsenring était sujet à caution, mais comme souvent, le pilote Honda a montré qu’il pouvait se surpasser en étant blessé en prenant la troisième place de la course.

Pol Espargaró souffre d’une blessure au poignet. Le leader des troupes KTM a effectué les tests MotoGP à Barcelone. Mais il y est tombé et s’est blessé au poignet. Bien que les examens n’aient révélé aucune fracture, d’importantes accumulations de liquide dans la zone de la blessure en ont été la conséquence, faisant subir au pilote une douleur intense. Il a même acheté avec son propre argent une machine qui rafraîchit la blessure en alternance et exerce une pression pour accélérer la guérison. C’est dans cet état que Pol Espargaró a obtenu la 11e place à Assen puis a terminé 12e au Sachsenring.

Fabio Quartararo s’est fait opérer du syndrome des loges et souffre aussi d’une épaule. La révélation de l’année n’a d’abord pas été blessé au sens classique du terme, mais a néanmoins atterri sur la table d’opération. Comme beaucoup de pilotes de MotoGP avant lui, il a eu à faire face au syndrome des loges. Après les six premiers meetings de la saison il a été opéré avant le week-end de Barcelone. Une intervention de routine qui ne l’a pas empêché de prendre son premier podium MotoGP sur le circuit de Catalunya avec une deuxième position. Deux semaines plus tard, il était troisième à Assen. En Allemagne, il se blessait à une épaule suite à un mouvement brusque de sa Yamaha lors de la FP4.

Aleix Espargaró doit composer avec des blessures multiples à la jambe. Une situation doublement regrettable. D’abord parce qu’elle s’est révélée durant sa course à domicile à Barcelone. Espargaró a grandi à quelques kilomètres du circuit. Ensuite, c’est le pilote d’essai Aprilia, Bradley Smith, qui en est le responsable. Diagnostic : Micro-fracture à la cuisse gauche et légères blessures au ligament et au tibia du côté gauche. Bien qu’Espargaró ait pu participer à tous les week-ends de course qui ont suivi, sa jambe blessée lui cause des problèmes depuis.

Danilo Petrucci termine la liste avec une blessure aux ligaments de la main. Il a chuté lors de la Q2 du Grand Prix d’Allemagne dans le virage 9 très rapide du Sachsenring. Un accident dont il s’est relevé avec des blessures aux ligaments de la main gauche et son poignet droit a également été touché.



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo, Jorge Lorenzo

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team