C’est donc fait ! Ducati et Valentino Rossi se retrouvent en MotoGP, mais dans le domaine des affaires, avec un gros financement des Saoudiens qui regarderont sans aucun doute de très près la manière dont leur argent sera dépensé. Au vu des noms avancés et des sommes engagées, il ne s’agit pas là de l’avènement d’une simple nouvelle écurie. L’événement est de plus haute importance que celui de l’intégration de Gresini dans le clan de Borgo Panigale, sans faire injure à la vaillante structure de feu Fausto. L’installation d’Aramco VR46 aura des conséquences politiques et économiques. Et à écouter Gigi Dall’Igna pour la marque de Borgo Panigale dans le communiqué scellant l’arrivée de cette nouvelle structure, elles ont déjà cours…

Avintia est mort, vive Aramco VR46. Un team qui aura tous les moyens de ses ambitions. Une exposition rêvée pour l’Arabie Saoudite qui veut se forger une image de modernité et d’acteur du monde de demain, pourtant promis sans un pétrole qui a fait sa fortune. Une aubaine pour Valentino Rossi qui voit son projet VR46 prendre une dimension qu’il n’imaginait peut-être pas lui-même dans ses perspectives les plus folles le jour où il a jeté les bases de son académie. Car celle-ci se voit aussi à présent reconnue comme l’incubateur des futurs champions Ducati.

Pour être clair, si Valentino Rossi ne réussit plus sportivement parlant, il vient de décrocher son premier titre d’homme d’affaires du paddock. Carmelo Ezpeleta, patron de Dorna ne s’y trompe pas lorsqu’il déclare : « Valentino est et continuera d’être un élément important du Championnat du Monde FIM MotoGP. Il est maintenant arrivé dans la catégorie MotoGP avec son équipe. Son étonnante légende attirera une nouvelle génération de pilotes et de fans. Nous attendons avec impatience de nombreux succès de VR46 à l’avenir ».

Mais c’est du côté de Ducati que les autres équipes ont tendu l’oreille. Et notamment celles déjà équipées en Desmosedici. Les propos de Luigi Dall’Igna, directeur général Ducati Corse, n’ont pas pu les laisser indifférents : « nous sommes heureux de cet accord avec VR46 pour les trois prochaines années. La VR46 Riders Academy a toujours travaillé sérieusement et avec beaucoup de professionnalisme. Cela a permis à de nombreux pilotes d’acquérir de l’expérience dans les catégories Moto2 et Moto3. L’Académie peut être fière d’avoir amené trois pilotes très talentueux en MotoGP. VR46 a déjà prouvé qu’il peut gérer les équipes des catégories Moto3 et Moto2 avec compétence et succès ».

Ducati déroule le tapis rouge

Mais c’est la suite qui interpelle : « c’est pourquoi nous ferons tout notre possible pour supporter notre nouvelle équipe avec un maximum de soutien. Nous sommes convaincus d’avoir trouvé en VR46 un partenaire ambitieux et motivé. Notre objectif commun sera d’obtenir ensemble d’excellents résultats ». Des éloges et des perspectives qui n’ont pas été entendus avec l’adoption de Gresini. Une posture qui remet en lumière les doutes de Bastianini sur son futur matériel et l’avertissement lancé par Melandri prévenant qu’être partenaire d’un constructeur alignant huit motos devait interpeler l’équipe en question sur le matériel qui lui sera proposé…

Tout ça expose évidemment Pramac, l’allié historique de Ducati dont le savoir-faire n’est également plus à démontrer et qui a d’ailleurs déjà renouvelé son bail avec la marque. Avec un Johann Zarco qui joue actuellement le titre et un Jorge Martin dont la moto de dernière génération est garantie dans le contrat, il n’a a priori pas de soucis à se faire. Cependant, Aramco VR46 prendra une place plus grande qu’Avintia et aura ses exigences que ne manqueront pas de rappeler les Saoudiens. Que les résultats suivent ou non en MotoGP.

Ducati

De son côté,  le directeur sportif Paolo Ciabatti a levé le voile sur le nouveau venu : “un accord très important pour nous, nous fournirons un support technique maximal à l’équipe VR46″ a déclaré l’Italien. “Nous avons montré que nous pouvions bien gérer l’équipe satellite Ducati. Nous avons déjà commencé à discuter avec Pablo Nieto et Uccio, nous attendons de grandes choses de cet engagement commun. Il aura une moto officielle, pour le deuxième pilote il y aura une version 2021 avec les dernières mises à jour ». Il termine : “ce serait formidable d’avoir Valentino Rossi chez Ducati, mais la décision appartient à leur équipe ».



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team