Si Jorge Lorenzo a laissé une trace en MotoGP qui est entrée dans la postérité, c’est bien chez Yamaha qu’elle se trouve. Il n’est pas un pilote, qui arrive en MotoGP par le biais de la M1, qui n’avoue vouloir suivre méticuleusement le mode d’emploi rédigé par Por Fuera pour faire bonne usage de la moto d’Iwata. On se souvient des commentaires des alors débutants Johann Zarco et Jonas Folger qui prenaient leurs marques chez Tech3. L’écho vient aujourd’hui de Fabio Quartararo avec cette différence : l’espoir français n’a pas encore eu accès à ces données…

Fabio Quartararo a réussi son entrée en MotoGP et il s’est imposé dans le paysage Yamaha. Six pole positions, sept podiums et une cinquième place finale au championnat lui ont permis de s’identifier comme celui qu’on ne peut plus oublier. Il a aussi réveillé Viñales chez Yamaha et poussé dans les cordes un Morbidelli qui voudra sa revanche en 2020.

Chez Yamaha, on se dit qu’avec ce sang neuf, on pourrait reprendre le cercle vertueux commencé en 2004 avec Valentino Rossi et fini en 2015 avec Jorge Lorenzo. Entre les deux, on compte pas moins de sept couronnes. En 2004, 2005, 2008 et 2009 pour le Doctor, le Majorquin prenant la relève en 2010, 2012 et 2015. Au sommet de son art, Jorge Lorenzo a montré comment il fallait dompter une Yamaha, dans un style épuré qui a impressionné : « il est définitivement un modèle avec son style de pilotage doux » commente Fabio Quartararo. « Je me souviens quand j’étais plus jeune et que je pilotais dans les classes plus petites, il était incroyablement rapide. »

Une évaluation faite à l’œil nu. Mais maintenant qu’il a aussi une Yamaha, le Français aimerait bien se concentrer sur les données. Or, à l’écouter, il n’a pas encore eu cette joie, bien que dans le giron de la marque : « nous ne disposons que des données de cette année, mais je serais intéressé d’y jeter un œil », déclare le pilote Petronas. « Juste pour comparer et voir où il freine, comment il se débrouille, conduit le tempo dans les virages. »

Pour le moment, Fabio commente ainsi son niveau : « je m’assois juste sur la moto et j’essaie de rouler le plus vite possible. J’ai un style doux par nature, mais je peux être agressif avec cette moto.  Mais même dans ce cas, je ne suis pas vraiment agressif ». L’an prochain, Fabio Quartararo aura droit à une Yamaha dite « Spec-A », soit le nec le plus ultra d’Iwata.

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team