Au terme d’une deuxième journée d’essais privés sur le circuit Paul Ricard, Fabio Quartararo et son entourage peuvent dresser un bilan pleinement positif de cette expérience.

Au total, 173 tours du « 5,8 » ont pu être effectués grâce a une météo clémente d’environ 24° dans l’air, faisant monter la piste autour des 40° en fin d’après-midi malgré un vent toujours présent.

Le pilote Yamaha a donc eu tout loisir de peaufiner les réglages de sa R1 avec Tech Solutions, son équipe pour l’occasion, avant de prendre plaisir avec une machine qu’il découvrait pour la première fois.

Bien que cela n’était pas l’objectif de cette séance de travail, les chronos sont descendus régulièrement lors de la seconde journée, jusqu’à aller effleurer pour une poignée de centièmes le record de la piste : une très jolie prestation qui n’a pas manqué d’impressionner toutes les personnes présentes, au vu de la R1 bien préparée en configuration « quasi stock » utilisée !

Fort heureusement, aucune chute n’a été à déplorer, et il est vraisemblable que l’expérience sera renouvelée à l’avenir dans les périodes creuses du championnat MotoGP, même si le jeune français ne souhaite pas perdre ses références sur la M1 une fois que les courses se succéderont.

En piste, son style est toujours aussi propre, à tel point qu’on a l’impression qu’il n’attaque pas ! Ses chronos en 1’53.4 prouvent le contraire…
Dans le box, l’atmosphère est studieuse et El Diablo reste concentré sur son travail mais a toujours un grand respect pour les personnes qui travaillent pour lui. Ne dit-on pas que la politesse est l’apanage des rois ?
Nous ferons peut-être un petit montage vidéo pour transcrire tout cela.
En attendant, le mot de la fin est laissé au numéro 20.

Fabio, peux-tu dresser le bilan de ces deux jours d’essais ?

« C’était super bien ! Ça s’est vraiment bien passé, et on a fait de bons chronos en fin de journée. Mais le plus important, c’est d’avoir eu de très bonnes sensations. Ça fait plaisir de retrouver une moto de piste et le prochain step sera Jerez, donc j’ai vraiment hâte. »

Quelles sont les choses qui peuvent t’être utiles en MotoGP ?

« Il y a plein de choses, comme la vitesse, la précision, les trajectoires, le travail avec le frein avant et le frein arrière, le travail à l’accélération. Donc oui, il y a pas mal de choses qu’on peut retrouver en MotoGP. Après, c’est sûr qu’au niveau style c’est totalement différent, mais il y a pas mal de choses qui peuvent se travailler avec cette moto. »

Pensais-tu prendre autant de plaisir sur la R1 et que celle-ci soit aussi performante ?

« Oui, je me suis vraiment fait plaisir avec cette moto ! Et on voit qu’en Superbike, elle est vraiment performante. Je ne m’attendais pas à ce que cela soit aussi bien et aussi amusant. »

Serait-il utile pour toi d’avoir une moto plus préparée ?

« Non, je pense que ça suffit. Je n’ai pas besoin d’une moto pour faire des chronos mais d’une moto pour m’entraîner. C’est donc largement suffisant et je n’ai pas trouvé de défaut à la fin. Avec plus de matériel, c’est sûr que l’on aurait été encore plus rapide mais là, franchement, le compromis était parfait. C’était exactement ce dont j’avais besoin et je me suis fait énormément plaisir ! »

Pour Fabio Quartararo, le prochain rendez-vous avec l’asphalte se fera le 15 juillet à Jerez de la Frontera…




Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo