Parmi les personnes qui ont voix au chapitre lorsqu’il s’agit du sort d’Aprilia en MotoGP, il y a non seulement les hommes de Noale que sont Massimo Rivola et Romano Albesiano, mais aussi Fausto Gresini. Car le montage de l’aventure de la marque dans la catégorie à ceci de particulier que sa logistique est confiée à une structure privée. Et c’est celle justement éponyme de l’ancien pilote prénommé Fausto. Ce dernier a été touché, comme toute l’usine qui fait partie du groupe Piaggio, par l’affaire de dopage dans laquelle est empêtrée Andrea Iannone. Humainement, politiquement et techniquement, elle ne pouvait pas tomber plus mal… Mais l’Italien ne doute pas de la bonne foi de son compatriote dans cet épineux dossier et fait une révélation sur son éventuel remplaçant…

La saison 2020 s’annonce comme un tournant pour le projet RS-GP qu’Aprilia a mis en place en MotoGP. La moto sera en effet toute nouvelle avec des solutions inédites, si bien que tout le monde doit être sur le pont dès les premiers tests de l’année à Sepang, au début du mois de février. Or, il manquera une pièce essentielle dans le dispositif en la personne d’Andrea Iannone, qui aurait pu faire bénéficier de son expertise des marques Ducati et Suzuki pour donner de précieuses indications dans la mise au point de la nouvelle arme.

Mais avant cela, il y a le sort à déterminer tant pour le pilote que pour l’homme. Un aspect que Fausto Gresini met au premier plan dans un entretien accordé à GPOne : « quand j’ai appris le résultat positif du test d’Andrea, j’ai été étonné » commente l’Italien. « J’ai eu la chance de lui parler et je crois en sa bonne foi, il n’a rien fait de mal. À Sepang, il s’est immédiatement présenté aux vérifications et ce n’est pas le comportement de quelqu’un qui a quelque chose à cacher. Dans cette course, les pilotes perdent beaucoup de liquide, et cela a peut-être eu une influence. Les valeurs dépassent la limite mais pas de beaucoup. »

 

 

Cela étant dit, la procédure est lancée et avant d’arriver à son terme, elle impose un délai que personne ne peut vraiment évaluer : « en théorie, ils ont jusqu’au mois de mars pour prendre une décision, mais j’espère qu’ils le feront plus tôt. Le temps est un problème pour Aprilia car nous avons un grand programme prévu et la nouvelle moto doit limer la piste, nous avons fait un gros investissement. » Sans Joe le Maniac, quel serait le plan B ?

« Bradley Smith prendra sa place, mais il aura du mal à faire seul toutes les journées d’essais, soit les trois du « shakedown » pour les testeurs et les trois autres dédiés aux titulaires. De l’aide est nécessaire » convient un Gresini qui se veut réaliste sur certains noms avancés… « Ce serait vraiment bien de voir Max Biaggi sur l’Aprilia, mais ce serait une tâche très exigeante pour lui. Sa vitesse et son expertise sont incontestables, mais c’est une chose rouler sur la piste pour s’amuser, comme il le fait, une autre est de faire face à un test aussi important sur une nouvelle MotoGP. »

« À mon avis, la meilleure option est Lorenzo Savadori » termine Gresini. « C’est un jeune pilote, il veut bien faire et s’impliquer. Il a de l’expérience en SBK et il connaît tous les gars de l’équipe, donc il serait plus facile de le mettre en place pour tout le monde. Je ne vois pas d’autres options. J’ai entendu le nom de Jorge Lorenzo faire le tour et j’ai dit : si seulement ! Mais je ne pense vraiment pas que cela arrivera. » Comme quoi un Lorenzo peut en cacher un autre…

 



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Iannone

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini