C’est en leader du championnat qu’arrive Bagnaia pour ce qui sera, en France et au Mans, la cinquième manche du calendrier MotoGP. Certes, l’officiel Ducati ne revendique encore aucune victoire. Mais sa régularité est redoutable. Une troisième, une sixième et, plus récemment, deux deuxièmes places lui ont permis de se hisser en tête du classement des pilotes. Une position qu’il compte bien garder durant tout ce mois de mai, ce qui veut dire, aussi, après le Grand Prix d’Italie. Ce n’est qu’ensuite qu’il commencera à se voir comme un champion du monde potentiel…

2021 sera-t-elle l’année de Pecco Bagnaia ? Avant de penser à la couronne, l’Italien sait qu’il doit d’abord en passer par une première victoire en MotoGP. Et l’officiel Ducati ne veut penser au titre mondial qu’après son Grand Prix à domicile au Mugello au plus tôt. « Pour le moment, je ne pense pas au championnat. Je veux continuer à apprendre et à m’améliorer pour pouvoir me battre pour les premières places », explique-t-il dans une interview accordée à motogp.com. « Après six ou sept courses, je commencerai à réfléchir. Mais d’ici là, j’essaierai d’obtenir les meilleurs résultats dans toutes les courses ».

Pour la première concrétisation en MotoGP, l’ancien champion du monde de Moto2 reste serein : « tout est prêt pour gagner. Il suffit d’attendre le bon moment. A Portimao, il y avait une opportunité si j’étais parti de la pole position », a-t-il déclaré, comme encore agacé par l’annulation du tour record en qualifications à cause d’un drapeau jaune.

Lors de sa première saison en MotoGP, Bagnaia a terminé 15e au classement des pilotes. L’année précédente, il n’était classé que 16e. Pourquoi Bagnaia est-elle si fort cette année ? « Je suis mieux préparé cette année. Je n’avais jamais eu un tel sentiment sur la moto auparavant. J’étais aussi rapide en Moto2, mais le feeling n’était pas aussi bon qu’aujourd’hui », a déclaré le pilote Ducati.

« Dans l’équipe d’usine, vous êtes sous plus de pression parce que vous devez toujours être au top. Cette pression me donne une force supplémentaire pour être compétitif », explique Bagnaia. Mais les modifications apportées au Desmosedici contribuent également à l’augmentation des performances. « La moto se comporte désormais de manière plus cohérente sur les différentes pistes. C’est bien car ces dernières années, notre moto était difficile à contrôler et à mener sur certaines pistes. Maintenant, nous pouvons jouer le podium ou au moins un top 5 sur chaque circuit. C’est bien, parce que vous pouvez vous concentrer davantage sur le pilotage et penser moins aux réglages », se réjouit le pilote en Desmosedici.

Bagnaia : « je peux faire une bonne course même par des conditions humides »

La première pierre du succès a été posée en hiver. « En hiver, j’ai travaillé intensivement avec mon entraîneur et avec les autres gars de l’académie. Au cours de la dernière année, j’étais parfois en colère, mais maintenant j’essaie de profiter de ces moments pour avoir une meilleure sensation de la moto et aller plus vite », note le leader du championnat.

Pour le Grand Prix de France de ce week-end, il dit : « j’ai vraiment hâte de remettre les gaz ce week-end. Lors des deux derniers Grands Prix, nous avons eu de bons résultats sur des pistes où nous avons souffert dans le passé. J’espère que nous serons aussi compétitifs sur les deux prochains tracés, plus adaptés aux caractéristiques de notre moto ».

« L’année dernière, j’ai réussi à terminer septième sur la grille du Mans, même si j’ai dû lutter avec le froid au début. Je me sentais fort, mais la pluie a ensuite perturbé ma course. Nous verrons quel temps il fait ce week-end. Mon feeling avec la Desmosedici est toujours très bon, donc je suis convaincu que je peux faire une bonne course même par des conditions humides », termine le Turinois de 24 ans.

Bagnaia Ducati



Tous les articles sur les Pilotes : Francesco Bagnaia

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team