Au sortir du Grand Prix d’Australie où il a décroché son meilleur résultat de l’année soit 4e, le pilote Alma Pramac, Francesco Bagnaia indique avoir dû changer son style de pilotage pour être plus rapide sur la Ducati.

« Ce ne fut pas chose facile » confie ainsi le pilote Italien, estimant que « l’adaptation à un nouveau style de pilotage était incontournable pour être plus rapide sur la Ducati” et de rajouter « il fallait surtout que cela soit réglé avant la fin de cette saison pour être prêt l’an prochain. »

Le Grand Prix de Phillip Island en Australie a donc enfin réveillé la bête qui sommeillait en ce jeune loup de 22 ans, champion du monde en Moto2 en 2018.  Sa 4e position ainsi acquise, révèle toute la difficulté à s’adapter à une machine à l’esprit retors qu’est la Ducati. “Pecco” commente rétrospectivement, l’effet Philipp Island : « j’aime le circuit de Phillip Island et je pense que la piste avec ses virages correspondent bien à la Ducati et à mon style de pilotage. Cette 4e place a bien sûr été un résultat incroyable. »
A l’aune de ce succès Australien, l’ancien élève de la VR46 avait déjà posé les bases du problème et avait déjà pris les premières mesures correctives en Thaïlande, comme il l’explique : « avant la course en Thaïlande, nous avions rencontré les responsables de chez Ducati et nous avions analysé les domaines où je pêchais le plus. Nous nous sommes ainsi concentrés sur le freinage, à la fois en Thaïlande et au Japon, car c’est un domaine où il faut être particulièrement bon. Maintenant, je sais comment procéder. »

Il poursuit : « mais ce n’est pas simple, car j’ai beaucoup changé de style de pilotage. Pendant des années, j’ai piloté d’une telle manière, je passais avec beaucoup de vitesse en courbe, mais en MotoGP, vous devez aborder les choses différemment avec votre moto. Il faut vraiment être très pointu au freinage. C’est difficile pour tout pilote, mais me concernant, il était important que j’y arrive cette année pour me préparer pour l’année prochaine avec la machine d’usine. C’est pourquoi il était absolument essentiel de travailler dessus lors des trois ou quatre dernières courses. J’ai vraiment essayé d’ajuster mon style de conduite, mais rien n’est évident. »

« Maintenant, ça va mieux » conclut celui qui figure actuellement au rang 15 du championnat du monde et 3e au classement des rookies de l’année remporté haut la main par Fabio Quartararo

 

Tous les articles sur les Pilotes : Francesco Bagnaia

Tous les articles sur les Teams : Alma Pramac