Hervé Poncharal est le patron d’un team Tech3 qui, en 30 ans de carrière au plus haut niveau, en a vu passer des pilotes dans on box. En faisant le point sur ce contingent, celui qui est aussi le Président de l’association des teams IRTA s’est arrêté sur un plus particulièrement. Lequel ? Il est Américain et sa carrière s’annonçait prometteuse. Seulement voilà…

Hervé Poncharal ne compte plus les pilotes qui sont passés par son box. Mais le souvenir d’un est particulièrement gravé dans sa mémoire. Il s’agit de Ben Spies. Le Français explique ainsi : « Ben Spies était incroyable. Tout au long de l’année, il nous a montré des choses incroyables », se souvient-il, avouant même : « je suis très triste et très blessé qu’il n’ait pas eu une meilleure carrière en MotoGP ».

Venu d’un AMA Superbike qu’il dominait, il était promis à la marque Suzuki avec laquelle il avait accompli trois Grands Prix comme invité ou remplaçant. Cependant, malgré le soutien de son compatriote Kevin Schwantz, il a dû renoncer à la GSV-R pour se rabattre sur Yamaha. La marque a d’abord été ravie puisque Ben Spies lui a ramené un titre en WSBK dès sa première apparition à ce niveau. Une consécration lui ouvrant les portes du MotoGP.

Parce qu’à l’époque un débutant ne pouvait directement intégrer une équipe officielle, il a passé sa première saison chez Tech3 en 2010. Puis il est monté en 2011 au sein de la structure usine. En 55 courses, il a remporté une victoire à Assen et cinq podiums. Il a aussi souffert de la comparaison avec Jorge Lorenzo puis les blessures à une épaule droite lui ont fait perdre le fil. Comme son aura chez Yamaha.

Il a ensuite tenté de rebondir avec Ducati chez Pramac. Un échec, toujours avec des blessures, pour un épilogue presque dans l’anonymat, en 2013.



Tous les articles sur les Teams : Monster Yamaha Tech3