Suite à la présentation des couleurs 2021 des deux équipes KTM, c’est à une conférence de presse exceptionnelle que nous avons assisté ce vendredi 12 février.

Exceptionnelle de part le contexte qui prévaut en ce moment et, conséquence du premier point, exceptionnelle de par sa longueur très inhabituelle : Hervé Poncharal s’est en effet exprimé pendant quasiment une heure et demie pour satisfaire la curiosité sans fin des 25 journalistes inscrits à cette visioconférence.

Comme à notre habitude, nous mettrons à votre disposition le texte intégral de ce premier chapitre conséquent de la saison 2021, sans la moindre mise en forme, en plusieurs parties, même si cela va être très, très long…


Hervé, pouvez-vous préciser quels seront les effets du changement de poste de Guy Coulon ?

Hervé Poncharal : « vous savez, Guy a toujours été avec moi. Nous sommes à peu près nés au même moment et bien sûr cela représente un grand chapitre qui arrive à sa fin : Guy ne sera plus chef d’équipe. Car depuis que nous avons commencé à travailler dans la compétition, en championnat de France, en championnat du monde d’endurance, au Dakar et même sur le sable au Touquet, Guy était à mes côtés dans tout ce que j’ai fait. C’est donc clairement un chapitre qui se termine, mais Guy m’a dit qu’il resterait impliqué avec moi pour faire fonctionner Tech3 jusqu’à fin 2026. L’équipe de compétition comprend environ 40 personnes et il y a beaucoup à faire. Guy sera le responsable technique à l’atelier où nous accueillons maintenant trois teams, celui du MotoGP avec deux pilotes, celui de la Moto3 avec deux pilotes, et celui de la MotoE avec deux pilotes. Il y a beaucoup de logistique à l’atelier, et en tant qu’équipe satellite, nous sommes un des teams qui a beaucoup de choses à faire en interne, comme de travailler sur les camions et sur les box. Guy supervisera tout cela mais il viendra aussi au premier test à Doha pour voir ce qui se passe et pour faire une transition en douceur.
Mais vous savez, Nicolas Goyon est un crew chief depuis de nombreuses années et il connaît parfaitement son travail, et Sergio Verbena, qui était avec Brad Binder l’année dernière, a gagné une course et était avec nous en 2019 pour faire la liaison entre KTM et Tech3 lors de notre première année. Je pense donc que chacun est maintenant complètement indépendant, mais Guy restera avec nous et sera complètement disponible pour répondre à toutes les questions que nous aurions, mais il ne sera pas impliqué dans la gestion technique de chaque pilote.
Il est donc toujours avec moi mais il est un peu plus dans l’ombre et je pense qu’il est heureux car il va avoir 66 ans dans quelques jours, le 18 février, et je pense qu’il a débuté la compétition à 15 ans. Cela représente donc plus de 50 ans à voyager sans cesse, et quand vous êtes crew chief, c’est du non-stop le weekend quand vous êtes sur un circuit pour préparer la FP1, la FP2, la FP3, la FP4, les qualifications, le warmup et la course. Et même quand la course est terminée, vous devez déjà penser à la prochaine. Il avait donc besoin de cette nouvelle vie et il restera toujours impliqué, mais plus sur les circuits. Il est heureux et cela me rend heureux. »

Pouvez-vous préciser quels peuvent être les effets de la situation sanitaire de Fausto Gresini ?

« Concernant Fausto, beaucoup de personnes, y compris moi-même avions pris un peu à la légère la Covid. Nous prenions ça comme une grippe, mais c’est vrai que pour 85% des personnes, c’était comme une grippe, parfois une forte grippe mais une grippe. Mais malheureusement, certaines personnes, et vous ne savez jamais qui sera touché, souffrent énormément. Pascal Verrière, le bras droit de Paolo Campinoti chez Pramac, a également été très très gravement atteint et je suis en contact quotidiennement avec lui.
Pour Fausto, quand nous avons appris qu’il était positif, nous avons pensé que ce serait comme pour les garçons qui l’avaient attrapé durant la saison 2020. Mais malheureusement, cela a été très mauvais. Les nouvelles que j’ai proviennent de Carlo Merlini et heureusement, les choses vont définitivement bien mieux : il est réveillé, la fièvre s’amenuise, le taux d’oxygène dans le sang atteint un niveau satisfaisant. Mais cela lui prendra du temps pour être complètement rétabli car quand vous avez été assisté sous oxygène pendant si longtemps, puisque je pense qu’il a été hospitalisé le 27 décembre, cela demande beaucoup de temps. Heureusement, il va dans la bonne direction et le team est très expérimenté. Carlo Merlini est un très bon organisateur et connaît très bien le travail. Je ne pense pas que l’équipe rencontrera le moindre problème pour le début de saison. Bien sûr, nous savons qu’ils doivent prendre une grosse décision pour 2022 mais, souhaitons-le, Fausto sera alors à 100 % et de retour dans le paddock d’ici là.
Je ne veux pas trop parler de cela mais toutes les nouvelles que j’ai sont très positives. Merci d’avoir demandé. »

Pensez-vous qu’un team indépendant puisse se battre pour le titre en MotoGP ?

« Honnêtement, oui, depuis que quasiment toutes les équipes indépendantes ont des machines identiques, un soutien identique, et une vitesse de développement identique ! Nous avons pu voir l’année dernière, et avec tout le respect que nous avons pour notre team d’usine, que nous avons pu remporter davantage de courses qu’eux. Si vous regardez ce qui s’est passé à Jerez 2 et à Spielberg 1, nous aurions pu être très proches des meilleures places au championnat. Si vous regardez ce qui s’est passé chez Yamaha, le team indépendant a clairement été le team leader pour Yamaha en 2020. Donc un team indépendant a la possibilité de gagner des courses, ce que nous avons pu voir l’année dernière, et même de se battre pour le championnat. J’en suis absolument certain ! 2020 a été une saison folle et Joan Mir a été un champion incroyable mais il est sorti de nulle part, donc je crois vraiment qu’un team indépendant peut remporter le championnat.
On doit pour cela remercier le règlement technique, le niveau des pilotes que nous avons, et chaque constructeur impliqué dans le championnat MotoGP pour fournir et pour croire en leur équipe satellite. »

Vous êtes maintenant une équipe qui a remporté des Grands Prix en catégorie reine : cela va-t-il changer vos attentes et votre approche pour le championnat ?

« Honnêtement, cela ne change pas grand-chose. J’ai écouté l’interview de Pit Beirer et tout le monde lui a demandé s’il ressentait davantage de pression et s’il se sentait prêt à remporter le championnat en 2021. Je pense que 2020 a vu un grand championnat d’une façon générale, un grand championnat pour KTM et un grand championnat pour Tech3, mais nous repartons de zéro. La grille est incroyablement compétitive, que ce soient les motos ou les pilotes, et bien malin celui qui pourrait dire qui va gagner la première course, et bien malin celui qui pourrait dire qui va être champion en 2021 ! Je ne vais pas tous les citer mais cela pourrait être un pilote Ducati, un pilote KTM, un pilote Yamaha, Suzuki, etc. : quasiment tout le monde sur la grille peut remporter des courses et pas mal de pilotes peuvent remporter le championnat. 2020 a été une année incroyable et nous avons des souvenirs inoubliables car notre première victoire dans la catégorie MotoGP est quelque chose que nous n’oublierons jamais, en particulier avec KTM car l’émotion est encore plus grande, mais nous verrons bien. Nous avons un nouveau pilote, un nouveau pilote star, Danilo Petrucci qui doit encore grimper sur la KTM et nous devons encore attendre avant de savoir comment il se sent sur cette moto et comment il peut performer sur cette moto. C’est donc un grand point d’interrogation, même si nous pensons que le potentiel de Danilo est très grand et qu’il sera rapidement rapide avec la moto. Et nous avons Iker qui devrait encore progresser : et quand vous vous souvenez de là où il était à la fin de la saison, je pense nous pouvons aussi être très ambitieux. Nous avons donc des ambitions, mais pas plus de pression que quand nous avons débuté 2020. Je pense même qu’après avoir fait ce que nous avons fait en 2020, nous avons même un peu moins de pression, car quand vous voulez obtenir votre toute première victoire, quand vous voulez prouver à KTM que vous pouvez gagner, quand vous voulez les remercier mais montrer au management et au propriétaire de KTM qu’ils ont eu raison de vous faire confiance, une fois que vous êtes soulagés, c’est un poids de moins sur vos épaules. Cette année, nous repartons de zéro et c’est ce que nous aimons dans ce sport : rien n’est écrit d’avance ! »

A suivre ici



Tous les articles sur les Pilotes : Ayumu Sasaki, Danilo Petrucci, Deniz Öncü, Iker Lecuona

Tous les articles sur les Teams : Tech 3 Racing, Tech3 KTM Factory Racing