En ce jeudi 27 mai 2021, Fabio Quartararo a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit du Mugello en prélude au Grand Prix d’Italie.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote français qui occupe actuellement la première place du championnat.

La conférence de presse en prélude au Grand Prix d’Italie a accueilli Fabio Quartararo, Francesco Bagnaia, Johann Zarco, Jack Miller, Aleix Espargaró et Valentino Rossi.

 

 

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Fabio Quartararo sans la moindre mise en forme, même si cela est traduit de l’anglais.


Fabio, vous menez le championnat par un point d’avance mais Ducati a remporté ici les trois dernières éditions et Yamaha qui a connu de nombreux succès avec Valentino Rossi et Jorge Lorenzo : à quoi vous attendez-vous ce week-end ?

Fabio Quartararo : « Je m’attends à une belle course. Honnêtement, quand nous étions au Qatar, je ressentais un peu la même chose car Ducati y avait également remporté les trois dernières courses. En ce moment, nous nous sentons bien sur la moto et je sais que, OK, nous savons que la ligne droite n’est pas notre point fort, mais il y a beaucoup de virages ici, beaucoup de virages rapides, et c’est là où je me sens très bien. Je pense que nous devons seulement commencer le week-end comme un week-end normal et ne pas penser aux trois victoires de Ducati ou qu’il y a une longue ligne droite. Nous devons seulement nous lancer, établir notre rythme, et nous verrons bien dimanche. Mais le plus important est que nous avons un très bon feeling sur la moto. »

Il y a cinq ans ici, nous avons connu l’arrivée la plus serrée en Moto3. Vous en souvenez-vous ?

« Oui, je me souviens parfaitement de cette course. J’ai raté une vitesse dans la ligne droite et j’ai raté le podium, mais c’était vraiment bien, une très belle course, en fait une des seules très belle course que j’ai faite en 2016. Mais vous savez, les courses Moto3 sont toujours amusantes, et encore plus ici au Mugello. »

Pensez-vous battre le record de vitesse établi au Qatar et que pensez-vous des vitesses atteintes cette année ?

« Avant tout, je ne vais pas battre le record de vitesse de pointe (rires) ! J’espère que je pourrais en être assez proche, mais oui, le Mugello est une piste fantastique. À chaque fois, nous allons de plus en plus vite et c’est toujours bien de venir ici. Comme chaque année, l’approche du premier virage est assez délicate, mais c’est le Mugello et je pense que chaque pilote doit s’y habituer. En FP1, les premiers tours sont toujours un peu effrayants mais finalement vous vous y habituez tour après tour. »

Êtes-vous inquiet pour l’avenir du Mugello, qui fait maintenant partie des circuits Old School, et qui n’est peut-être plus adapté aux vitesses que l’on atteint aujourd’hui ?

« Au final, je pense que les virages 1 et 14 sont les deux virages où c’est un peu dangereux, car ce sont de virages où il est difficile de changer. Honnêtement, je ne sais pas. Pour le moment, tout s’est bien passé et nous croisons les doigts pour continuer comme ça. Je m’occupe plus du présent que du futur. »

Le principal changement sur les motos semble être le holeshot device. À quel point cela rend les choses difficiles pour vous le dimanche au départ contre les Ducati ?

« Oui, nous peinons un peu au moment du départ, comparé aux autres motos, mais finalement nous devons gérer ça et faire de notre mieux. Nous avons un peu progressé durant cette saison, et également au Mans un peu en électronique, donc nous verrons si nous trouvons quelque chose de plus ici et pour le futur. »

 

Crédit photos : MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP