Sous la pluie du Motegi de ce début de samedi, l’équipe Suzuki a reçu une douche froide. Dans son enthousiasme à aligner son pilote d’essai Sylvain Guintoli sur une GSX-RR en quasi-version 2020, elle avait apparemment oublié certains points du règlement. Et notamment ceux concernant le moteur… Une déclinaison qui n’a pas encore été homologuée, si bien qu’elle n’avait pas droit de cité. Les chronos de la FP1 et de la FP2 du Français ont donc été annulés. L’ancien Champion du Monde WSBK avec Aprilia explique…

Sylvain Guintoli (37 ans), pilote Suzuki Ecstar, a vu annuler tous les chronos de ses essais accomplis vendredi au Japon. Ceci au motif que Suzuki lui a mis à disposition un moteur 2020 illégal. Il était 19e sur 23 pilotes. « L’équipe a mal interprété le règlement », a déclaré Sylvain Guintoli. « Nous avons ouvertement communiqué sur ce que nous faisons ici. Nous avons ensuite corrigé l’erreur pour la FP3 samedi matin. Nous avons commis une erreur. Cela ne peut être nié. »

Guintoli ne sait pas si les Commissaires FIM étaient en alerte ou si une autre équipe a protesté. « Nous ne le savons pas. Nous n’avons été informés que le matin, peu de temps avant la FP3. L’équipe a ensuite fait un excellent travail en ajoutant rapidement un moteur 2019. Je n’avais pas de machine de remplacement pour la FP3. Et je n’ai pu commencer la séance qu’avec cinq minutes de retard. Comme c’était mouillé, le nouveau moteur n’aurait, de toute façon pas été très utile… »

Justement, ce moteur 2020 de la Suzuki GSX-RR, comment est-il ? « Les premiers signes sont vraiment bons, je l’ai remarqué lors du premier test il y a trois semaines. Nous devons maintenant regarder ça de près. Nous avons déjà une très belle moto cette année et nous ne voulons pas détruire la base naturelle ou la mettre en danger. Nous traitons avec de petits progrès, nous travaillons sur de petites choses. Mais nous ne voulons pas sacrifier ou risquer quoi que ce soit qui nous a rendus si compétitifs en 2019. Les premiers signes sont vraiment intéressants. »

« Le plus gros avantage d’un quatre cylindres en ligne est que vous pouvez construire un magnifique châssis autour de celui-ci. Et nous y sommes parvenus », conclut Guintoli. « Nous avons beaucoup travaillé sur le moteur pour le rendre aussi efficace que possible sur la distance de la course. Nous travaillons maintenant sur la moto pour la rendre encore plus adaptée aux pneus. Nous essayons d’optimiser l’ensemble. »

« Tous les constructeurs recherchent plus de vitesse de pointe, ce qui n’est pas un secret, en particulier ces deux usines équipées d’un moteur en ligne que sont, Yamaha et nous » a déclaré le Français. « La puissance est l’un de nos points faibles. Mais nous avons réalisé des progrès évidents dans ce domaine depuis 2018. Par exemple, la Suzuki est depuis plus rapide que la Yamaha. Néanmoins, nous voulons toujours aller un peu plus vite. Mais à cause de l’architecture du moteur, ce n’est pas un jeu d’enfant. Avec le moteur en ligne, vous êtes limité avec la puissance maximale du moteur. Mais nous cherchons toujours plus de puissance. »

Classement Qualification 2 du Grand Prix MotoGP du Japon :

Classement Qualification 1 du Grand Prix MotoGP du Japon :

Crédit classements : MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Sylvain Guintoli

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar