Ce Grand Prix du japon semblait cousu de fil blanc jusqu’à trois tours de l’arrivée. Un Marc Márquez dominant son sujet, un Fabio Quartararo faisant pour le mieux pour l’agacer, et une foire d’empoigne pour le gain de la dernière marche du podium. Puis il y a eu le fil rouge Ducati. Andrea Dovizioso s’est mis à rouler un peu plus d’une demi seconde plus vite que tout le monde. A un tour près, il raflait la mise et voici pourquoi…

Andrea Dovizioso a collé une demi-seconde à Fabio Quartararo dans le dernier tour et il y en aurait eu un autre, rien ne dit qu’il n’aurait pas réglé le compte de la Petronas Yamaha. Mieux,dans ce cas, il aurait vu Marc Márquez tomber en panne d’essence, puisque le vainqueur n’a pas pu boucler son tour d’honneur ! Un revirement qui n’a pas eu lieu, mais il s’en est fallu de peu. Reste que DesmoDovi a pris son 100e podium de carrière et conforté sa place de second au classement général.

Parti septième, l’officiel Ducati a fait une course solide alors que son équipier Petrucci s’effondrait jusqu’à la neuvième place tandis que Jack Miller craquait dans la dernière partie de la compétition pour se satisfaire de la dixième position : « je suis un peu déçu, surtout quand on voit la fin de cette course », a reconnu le natif de Forli, âgé de 33 ans. « Nous devons voir pourquoi notre moto s’améliore vers la fin et pourquoi je ne peux pas attaquer au début. »

Sur sa situation au championnat, il ajoute : « j’ai encore une bonne avance sur Rins et Viñales. Les prochaines courses ne seront probablement pas si bonnes pour nous, mais nous devrons tout de même gagner des points. En fin de compte, il était important de rester ici devant eux. Voyons ce qui va se passer à Phillip Island et le temps qu’il fera là-bas. »

« Tout le monde était à la limite à la fin. J’étais le plus rapide car j’ai pris beaucoup de risques. Ma roue avant a souvent bloqué. Au virage 11, j’ai pu gagner beaucoup de terrain encore et encore. Au début, j’étais calme dans la course, je pilote toujours avec douceur. À la fin, lorsque la moto fonctionnait mieux, j’étais plus rapide » déclare Dovizioso sur sa fin de parcours.

Avec son 100e podium, Dovi a marqué un tournant dans sa carrière. En regardant en arrière, il dit : « les victoires de ces trois dernières années ont été folles. La victoire en Autriche était très bonne en 2019. Le Mugello n’était pas un combat, mais un moment important, car il y avait beaucoup d’émotions sur le podium. Mais le Japon 2017, quand je vois cette course, je pense que c’était fou. Il y avait tellement d’eau sur la piste. Je m’en souviendrai probablement quand je serai vieux et je regarderais cette course. »

Il termine : « je n’ai jamais vu Maverick dans la course, mais j’ai vu et entendu qu’il était plus rapide dans les virages lents. J’ai essayé de le bloquer. Aux virages 6 et 7, je n’aurais pas pu l’arrêter, c’étaient les virages rapides. Mais les chronos étaient toujours bons. Quand j’ai vu que Fabio avait des problèmes, j’ai risqué et je l’ai presque rattrapé. » Mais il a été un peu court…

MotoGP Japon Motegi J3 : classement



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Dovizioso

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team