Il est bien rare qu’un pilote de l’équipe officielle Honda en MotoGP soit arrivé à Motegi sans être rentré une seule fois de la saison dans le top 10. Actuel dix-neuvième du classement provisoire, il n’est pas sûr que Lorenzo fasse déborder d’admiration l’aéropage de Honda qui ne s’attendait pas vraiment à le voir arriver au Grand Prix du Japon classé derrière Bagnaia, Iannone, Zarco et Oliveira.

Il ne faut pas oublier que Jorge a été sévèrement blessé (double fracture vertébrale), mais il n’en est pas moins évident qu’il n’arrive pas à faire bon usage de sa RC213V, ce qui fait plutôt mauvais effet à la HRC. D’autant que le GP du Japon est financé par Honda en tant qu’organisateur, sur un circuit construit avec les yens de ce constructeur. Perdre la face n’a rien d’agréable pour un Japonais, mais à domicile c’est encore pire.

Les autres pilotes Honda Cal Crutchlow et Takaaki Nakagami n’ont pas obtenu non plus de résultats exceptionnels, mais la différence est que Lorenzo revendique cinq titres mondiaux, deux en 250 en 2006 et 2007, et trois en MotoGP en 2010, 2012 et 2015. Le standing n’est pas le même, d’autant plus que même quand ça n’allait pas idéalement chez Ducati, Lorenzo n’en gagnait pas moins en Italie, en Catalogne et en Autriche en 2018. On était loin de l’absence de top 10 de cette année.

En aparté, selon certaines personnes, le récent renouvellement de contrat de Nakagami pour 2020 serait une sorte de garantie pour Honda de pouvoir disposer quoi qu’il arrive d’un coéquipier pour Márquez au sein du team officiel pour 2020. Pure supposition, rien d’officiel, mais rien de bien rassurant pour Lorenzo.

D’autant plus que l’usine Honda peut avoir grand besoin de lui ce weekend à Motegi si Márquez de termine pas. En effet, avec 77 points d’avance dans le Championnat Constructeurs sur Ducati et 83 points d’avance sur Yamaha, le GP du Japon offre également à Honda sa première chance de remporter le Championnat Constructeur. Honda doit quitter le Japon avec un avantage de 75 points sur Ducati et Yamaha, une victoire en course ou n’importe quelle arrivée où le leader Honda serait devant le leader Ducati et Yamaha s’assurerait le titre 2019 – le 25e de Honda dans la catégorie reine.

Honda positive un maximum : « A 32 ans et 169 jours, Jorge Lorenzo devrait devenir le plus jeune pilote à effectuer 200 départs en catégorie reine – battant le record de Dani Pedrosa qui avait 32 ans et 170 jours. Après un GP de Thaïlande difficile, le quintuple Champion du Monde espère retrouver la forme qu’il avait montrée plus tôt dans l’année. Avec trois victoires et trois podiums supplémentaires, Lorenzo a été en mesure d’obtenir de bons résultats lors de ses précédentes visites au Japon. »

Pour Jorge Lorenzo, « Nous nous rendons au Japon pour en obtenir plus après deux week-ends difficiles. L’équipe et moi-même avons quelques idées à essayer pour la moto à Motegi, ce qui nous permettra, nous l’espérons, de revenir là où nous devons être. J’ai de bons souvenirs de cette piste et ce sera spécial de courir devant le public japonais pour la première fois en tant que pilote Honda. »

Le seul podium de Lorenzo à Motegi dans les petites catégories a été sur la troisième marche en 250 cm3 en 2006. Il a terminé six fois sur le podium dans la catégorie MotoGP à Motegi, avec trois victoires en course en 2009, 2013 et 2014. Il s’est qualifié en pole position en MotoGP au Japon à quatre reprises : en 2008, 2012, 2013 et 2015.

Classement provisoire du Championnat du Monde :

Classement par constructeur et par équipe :

Photos © Repsol Media et Honda Racing



Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Lorenzo

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team