Avec Fabio Quartararo mis à part, il est considéré comme un solide espoir du MotoGP. Il est estimé comme l’un de ceux qui, demain, fera parler la poudre et trembler les statistiques. Marc Márquez doit donc l’avoir autant à l’œil que le Français. Reste que le champion du monde de Moto3 aimerait réussir dans la catégorie reine avec la manière. Comme, par exemple, écrire l’histoire avec Suzuki comme Kevin Schwantz l’a fait en son temps…

Joan Mir n’a pas démérité dans une saison 2019 qui était sa première en MotoGP. Il a fini son parcours de façon convaincante et il est même revenu d’une grave blessure aux poumons qui lui ont forgé le caractère. Même s’il a été moins étincelant que Fabio Quartararo, il a marqué son territoire, et notamment en se rapprochant régulièrement de son leader d’écurie, Álex Rins.

Pour 2020, Mir a annoncé la couleur : « je viserai régulièrement le top 5 » assure-t-il dans un entretien à Motomatters où il rappelle son ascension régulière : « mon parcours a été très rapide, je pense que c’est un record, je vais devoir vérifier. Je ne m’attendais pas à être en MotoGP après seulement 4 ans, je suis très content. J’aurais aimé faire une autre année en Moto2 et me battre pour le titre mais je ne peux pas me plaindre. »

D’autant moins, qu’il intéresse les teams… Il avoue ainsi : « j’ai eu d’autres propositions, mais j’ai choisi Suzuki parce qu’un jour je voudrais être comme Kevin Schwantz. Peut-être pourrions-nous en reparler quand j’aurai remporté un championnat du monde avec cette moto » C’est tout le mal qu’on lui souhaite !

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Joan Mir

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar