Ce serait l’ultime touche d’originalité dans une saison 2020 qui n’en manque déjà pas. Comme l’aboutissement d’un déroulé incroyable dans une époque particulière. De quoi s’agit-il ? Cela concerne Joan Mir qui a de solides chances de devenir Champion du Monde MotoGP sans la moindre victoire, au terme d’une campagne qui compte pourtant déjà huit pilotes ayant concrétisé alors qu’il reste trois courses. Mais 15 d’entre eux sont aussi montés sur le podium, et de ce point de vue, Joan Mir a été le plus assidu. Cependant, pour être digne de la couronne suprême, l’officiel Suzuki doit-il obligatoirement au moins en gagner une ? Jack Miller ne le croit pas…

Si Joan Mir devient Champion du Monde sans concrétiser dans une course cette année, ceux qui jurent de vivre une saison dévalorisée par le forfait de Marc Marquez en feront leur miel. Pourtant, il faut du talent, de la vélocité et des nerfs en plus d’une bonne moto pour se présenter en tête du championnat avec 14 points d’avance à trois échéances du terme aux commandes d’une course au titre qui peut encore faire le bonheur de cinq autres pilotes…

Le fait est que le plus victorieux, soit Fabio Quartararo avec trois réalisations, est le dauphin au général de Joan Mir, qui, en réplique, oppose au Français six podiums. Il a terminé les huit derniers Grands Prix dans le top 4, à l’exception du Grand Prix de France. Et il a abandonné lors des deux des trois premiers meetings. Mais il a aussi été privé d’une concrétisation possible en Autriche, à cause des drapeaux rouges.

« Ce serait plutôt cool de voir ça »

Reste que si Joan Mir parvenait à ses fins, il rejoindrait dans l’histoire un Emilio Alzamora qui a été sacré en 125 en 1999 sans la moindre victoire. Mériterait-il d’être raillé pour cela et doit-il prendre des risques pour aller chercher une première place sur le podium ? Jack Miller ne le croit pas et veut l’en dissuader : « on dirait bien qu’on va avoir un nouveau Alzamora », a analysé Miller en Aragon, au terme du Grand Prix de Teruel.

« Mir fait juste ce qu’il a à faire, comme il l’a fait toute l’année, et je pense que nous pourrions avoir une autre situation Emilio Alzamora sur les bras. Je ne vois pas pourquoi il devrait risquer de gagner une course ou de prendre un risque. Ce serait plutôt cool de voir ça, je pense ».

Aucun pilote n’a jamais remporté le titre 500cc/MotoGP sans victoire, mais Miller n’a aucun doute sur le fait que Mir mériterait la couronne même sans victoire : « il n’a pas eu de chance, je l’ai regardé se faire nettoyer à Brno dans l’avant-dernier virage. Il s’est rattrapé, et s’il peut le faire sans gagner une course tant mieux. Et il aurait dû gagner cette course en Autriche si elle n’avait pas été marquée d’un drapeau rouge », a rappelé l’Australien.

Miller termine : « je suis sûr que Mir a été le plus rapide ou l’un des plus rapides et le plus régulier. Lui et Suzuki ont été les plus réguliers toute l’année ». Et cette saison, c’est bien la régularité qui est la carte maîtresse du championnat…

Classement Championnat MotoGP après Aragon-2 (11/14) :

 



Tous les articles sur les Pilotes : Jack Miller, Joan Mir

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar