Johann Zarco profite de ses derniers jours de vacances avant de reprendre le collier pour la seconde partie de saison en MotoGP. Une période qu’il ambitionne de terminer à une place de mieux au classement général que celle qu’il occupe aujourd’hui. S’il atteint cet objectif, alors il sera carrément Champion du Monde en ayant rejoint et battu Fabio Quartararo comme le reste du plateau. Il y croit, car il sait qu’il a les moyens pour y arriver. Il l’a répété dans une récente interview en rappelant aussi que la rentrée sur un Red Bull Ring qui accueillera deux courses sera primordiale.

Johann Zarco finit ses vacances au grand air en s’adonnant aussi à une de ses autres passions en dehors de la moto qu’est la musique. « Je profite de la trêve pour faire les choses que j’ai l’habitude de reporter pendant la saison en cours : voir des amis et profiter d’un moment à la maison. En ce moment, par exemple, je suis avec un ami qui vit à la montagne et qui a un studio d’enregistrement musical. Avec mon frère on s’amuse à jouer ici ».

Un instant qui est aussi un moment de recueillement permettant de se recharger non seulement physiquement, mais mentalement. Un équilibre qu’il revendique aujourd’hui, et même au-delà de la compétition. Le double Champion du Monde Moto2 dit ainsi : « beaucoup de gens me connaissent avec les graphismes du coucher de soleil, mais cela appartient à une période révolue. Depuis l’année dernière j’ai fait un grand changement en mettant mes chakras, pour dire : un kamikaze ne suffit plus pour se battre pour le titre MotoGP, il faut une connaissance plus approfondie de soi. Cette année l’idée est restée la même et il y a aussi le troisième œil, qui est le sixième chakra, je l’ai ajouté derrière. C’est un casque plus agressif que l’an dernier, mais en gardant cet esprit de méditation : je sais où je suis, d’où je viens et où je veux aller ».

La direction et le point à atteindre étant ainsi définis, le Français passe au concret, soit l’abord de cette seconde partie de saison qu’il va entamer en tant que second au championnat et sur un tracé en Autriche que sa Ducati adore autant que lui… « La piste est très bonne pour la moto, ce serait bien de prendre un bon avantage. Mon objectif est de mettre en pratique tout ce que j’ai appris dans cette première moitié de saison pour passer un cap au guidon de la Ducati, et être vraiment un adversaire direct de Fabio Quartararo. Il y aura des pistes plus ou moins favorables à notre moto. Spielberg est une piste que j’aime bien, je suis content quand j’y roule ».

Johann Zarco

Johann Zarco : “mon expérience sur cette Ducati augmente”

Sur sa première partie de campagne, il précise sur Motosprint : « j’aurais aimé utiliser la moto encore mieux. Je répète toujours que j’ai le potentiel pour finir sur le podium à chaque course, mais c’est plus facile à dire qu’à faire. Mon expérience sur cette Ducati augmente et j’aimerais que la confiance vienne presque instantanément le week-end, mais je dois résister et ne pas perdre patience ».

Johann Zarco détaille même son parcours jusqu’à présent : « le Grand Prix de Jerez, où je n’ai pas pu rester avec les leaders a été une déception. J’ai terminé huitième, la même position que le Sachsenring, ce qui était plutôt un bon week-end : en Allemagne, j’ai pris la pole position et je me sentais fort également dans la première moitié de la course. Dans la deuxième partie j’ai eu du mal, mais ça peut arriver. A Jerez, en revanche, je ne me suis pas senti très rapide tout le week-end ».

Le tricolore a aussi eu de belles satisfactions : « au Qatar, c’était incroyable d’être devant, d’obtenir deux deuxièmes places et de rentrer en Europe en tête du championnat. Et puis il y a eu Barcelone, où je me sentais vraiment fort dans la course. Même si j’avais perdu du terrain à un moment donné, j’ai rattrapé mon retard pour finir à la deuxième place. J’ai aussi pensé à la victoire, qui n’est pas venue, mais c’était un très beau dimanche, comme j’aimerais que cela arrive souvent ».

Le pilote Pramac Ducati termine son propos en ayant une pensée pour une enseigne compatriote qui est à ses côtés… « Les casques Shark, car l’entreprise est marseillaise, à environ une heure de chez moi. Quand j’ai débuté en Championnat du monde en 2009, j’ai signé mon premier contrat avec eux et nous ne nous sommes jamais quittés, ils ont toujours été une certitude pour moi. Ils sont au top en casques et puis ils m’aident aussi en performance. Depuis quelques années, nous avons ce casque aérodynamique, car il aide à la vitesse et garantit une certaine stabilité de la tête ». On rappellera que Zarco est aussi protégé par une combinaison nîmoise Furygan…

Johann Zarco

 



Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : Pramac Racing