Jorge Lorenzo s’est de nouveau remis en question chez Honda après avoir relevé le difficile défi de Ducati lors des deux dernières saisons.  Mais dans une catégorie MotoGP dont le niveau s’est exacerbé, ce genre de challenge ne serait-il pas entré dans le registre de l’impossible ? La pression est telle aujourd’hui que seuls les résultats comptent et il faut qu’ils arrivent vite. Une nouvelle génération s’affirme qui ne laisse pas insensible les teams officiels qui pourraient devenir moins regardants sur le palmarès d’un pilote de 32 ans, si fourni soit-il. Cette situation, Por Fuera la vit actuellement et il s’en est ouvert pour mieux nous dire ce qu’il en pense…

Jorge Lorenzo n’a pas commencé son aventure avec Honda comme espéré. Il n’arrive pas à s’adapter à une Honda qui se révèle finalement plus versatile qu’une Ducati. Depuis l’entame de cette saison, il n’est pas encore entré une seule fois dans le top 10 au terme d’un Grand Prix. La crise est telle qu’on lui a aménagé un rendez-vous avec les ingénieurs de la RC213V carrément au Japon pour s’entretenir avec eux et trouver de nouvelles solutions techniques.

Tel que rapporté par “Tuttosport“, Jorge Lorenzo a déclaré : « je ne me suis jamais considéré comme un dieu. Disons plutôt que je pratique un sport populaire dans lequel j’ai très bien fait mon travail. Je n’étais pas un dieu avant et je ne le suis pas maintenant, je suis toujours le même, ce sont les résultats qui changent ».

L’Espagnol a ensuite poursuivi : « ce n’est pas facile, mais je n’ai pas parlé à un psychologue. J’essaie d’aider mon cerveau avec mon expérience. C’est un travail qui demande beaucoup de discipline et après 17 ans, il n’est pas facile de trouver les motivations sans résultats, ce sont les résultats qui vous donnent le sourire et l’envie de continuer à travailler. Le fait que j’ai vécu ce moment me rend positif. Avec Ducati, j’ai beaucoup souffert, mais j’ai réussi à gagner. J’ai montré que je pouvais le faire, alors je ne voyais pas pourquoi je ne le pourrais pas encore. Le sport est plein de gens qui semblaient être finis, avant de renaître, en fermant le clapet aux critiques ».

Jorge Lorenzo a ensuite parlé de la décision de quitter l’équipe Iwata : « quitter Yamaha était mon choix, je voulais la Ducati. La transition vers Honda a été dictée par une série de conditions. S’adapter à une nouvelle moto est compliqué, la Yamaha est plus facile à piloter, mais je suis en bonne compagnie, Zarco a des problèmes avec KTM ».

Enfin, le Majorquin a conclu : « je pense que l’exemple parfait qui m’inspire est Rocky. Si vous vous relâchez à cause des succès obtenus, cela se termine mal, vous devez toujours vous battre, souffrir et transpirer. Bien sûr, il n’y a pas Adriana, mais j’ai des amis et mon entraîneur, je n’ai pas besoin de fille pour le moment ».

Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Lorenzo

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team