Elles étaient attendues et elles étaient promises comme séduisantes. On avait comme référence l’écurie Toro Rosso de Formule 1. Et le voile s’est finalement levé. Le team Tech3 s’est présenté officiellement comme le satellite du constructeur KTM en MotoGP avec une orange bleue effectivement du plus bel effet. Il ne reste plus maintenant qu’à hisser ses couleurs sur le devant de la scène…

Hervé Poncharal est passé de Yamaha à KTM avec sa prestigieuse équipe Tech3, tournant ainsi la page de 20 ans d’histoire. Ses motos brillent maintenant dans les deux classes MotoGP et Moto2 d’un bleu électrique qui met sous tension les fans.

Jusqu’à présent, le design bleu des machines KTM RC16 et Tech3 Moto2 de Marco Bezzechi et Philipp Öttl a été gardé secret. Lors de la présentation de l’équipe, le secret de la conception a finalement été révélé. Le bleu est différent de celui de l’équipe de Formule 1 de Toro Rosso. Il est dérivé de la canette bleue-argentée Red Bull. Il est désigné par le groupe Energy Drink comme “Bleu électrique”.

Le propriétaire de l’équipe du Red Bull KTM, Hervé Poncharal, a obtenu d’excellents résultats au cours des deux dernières années avec Zarco, Folger et Syahrin en MotoGP. Il s’est imposé comme la meilleure équipe client de la catégorie reine, même s’il n’a jamais gagné une course de 500 cc ou de Championnat du Monde MotoGP avec Yamaha en 18 ans. Johann Zarco a obtenu six podiums dans l’équipe Tech3 au cours des deux dernières années et a terminé deux fois sixième au Championnat du monde. A présent, c’est sous la bannière KTM que les troupes du patron français vont évoluer.

Hervé Poncharal a pleinement confiance dans les Autrichiens : “des personnes comme Stefan Pierer, Hubert Trunkenpolz, Pit Beirer et Mike Leitner ne dormiront pas en paix tant qu’ils n’auront pas atteint leurs objectifs en MotoGP“, a déclaré Hervé. “KTM a tous les ingrédients dont vous avez besoin pour réussir dans la catégorie reine.”

Hervé Poncharal n’était pas inquiet non plus lorsque son ancien pilote Zarco était encore loin après les deux jours d’essais du shakedown en Malaisie avec un temps de 2’01.401. “Je parle assez souvent à Johann. Il se concentre plus sur le rythme que toute autre chose. Bien sûr, le premier test KTM de Johann à Valence n’a pas été aussi positif. Il s’est ensuite rendu compte après deux chutes que c’était la mauvaise approche de pousser tout de suite sans comprendre ni connaître la moto. Il travaille maintenant sur la mise en place, échange ses impressions avec l’équipe, il veut travailler et tout comprendre. Il veut contribuer au développement de la moto. Avant de défier le chrono, il veut améliorer son ressenti sur la moto. »

Le PDG de KTM, Stefan Pierer, a déclaré dès le début que, lors de la troisième année du MotoGP, KTM devrait se battre pour le podium. A Valencia 2018, une troisième place sous la pluie était déjà célébrée. Quels objectifs Poncharal s’est il fixé en 2019 ?

Si vous regardez la grille de départ et les temps au tour, quand vous voyez quel écart existe entre tous les pilotes, quand vous regardez le niveau des motos et celui des pilotes, la mission sera difficile pour tout le monde d’entrer dans le top 10. Même pour Valentino Rossi, même pour Maverick Viñales, pour Dovizioso. Pour tout le monde ! le podium sera aussi dur à atteindre que rarement auparavant. Parce que même Suzuki ne doit pas être oublié. Vous avez quatre à cinq machines très rapides Ducati, avec les trois moteurs d’usine 2019, Morbidelli, trois officiels Honda. Toute la grille se resserre. Bien sûr, les podiums pour KTM sont un objectif ambitieux. Mais si vous êtes le patron, vous devez vous fixer des objectifs, vous devez vous efforcer d’atteindre le maximum. C’est le travail d’un chef d’entreprise. Maintenant tout le monde doit s’efforcer de se rapprocher le plus possible de ces objectifs ambitieux. Mon avis est que les podiums pour KTM seront très, très difficiles sur le sec cette année. Mais rien n’est impossible. ”

Miguel Oliveira est resté proche des pilotes d’usine KTM, Zarco et Espargaró, lors des essais à Sepang. “En Moto2, Miguel a clairement montré qu’il n’avait rien à envier à des pilotes comme Morbidelli, Bagnaia, Mir et Quartararo“, déclare Poncharal sur Speedweek. “Mais les autres recrues ont du matériel mature. C’est pourquoi nous ne sommes pas les favoris pour le classement des rookies pour le moment. Mais Miguel a fait de gros progrès depuis novembre, la KTM correspond déjà beaucoup mieux à son style de pilotage ».

Voir les photos ici

Tous les articles sur les Pilotes : Miguel Oliveira

Tous les articles sur les Teams : Red Bull KTM Tech3