Le Gresini Racing poursuivra son chemin en MotoGP en 2022, et l’écurie s’apprête à annoncer le constructeur qui succédera à Aprilia. La volonté du patron, emporté par la Covid-19, sera donc respectée comme le sera sa parole à l’égard de Fabio Di Giannantonio qui sera de cette aventure. On le voit, la saison 2021 n’a pas encore commencé que les grandes manœuvres au sujet de l’organisation 2022 de la grille de départ sont en cours en coulisse …

Avant que le marché des transferts ne soit ouvert côté pilotes pour 2022, c’est l’organisation des étales qui est en débat en MotoGP et elle sera selon toute vraisemblance figée au mois de mai prochain. C’est l‘échéance qui a été fixée par le promoteur Dorna pour avoir une visibilité claire sur sa grille de départ à 24 motos. C’est aussi le délai nécessaire aux constructeurs pour commencer à s’organiser en conséquence d’un point de vue logistique.

Un espace-temps que Fabio Di Giannantonio, qui s’apprête à se lancer dans sa saison de Moto2 au Qatar, confirme dans un entretien avec GPOne. Il dit : « nous devons attendre encore quelques semaines, mais ensuite tout sera officiel. Je suis sûr de mon avenir, en 2022, je serai en MotoGP, mais Gresini Racing continue de faire des évaluations. Je ne dirai donc pas avec quel constructeur je serai l’an prochain. Tout le monde travaille d’arrache-pied pour choisir une moto compétitive ».

L’espoir italien ajoute : « avec une Ducati, c’est un peu courir comme pour Ferrari. Pour l’histoire, pour le nom c’est certainement un de mes rêves de courir avec cette moto un jour. Cependant, pour 2022, l’important sera d’avoir un package compétitif. Et je sais qu’il y a des motos qui favorisent un peu les rookies comme Yamaha et Suzuki. Mais le niveau est vraiment élevé et tous les constructeurs sont compétitifs ».

Di Giannantonio cite donc Ducati, Yamaha et Suzuki en lieu et place d’Aprilia dont la fin de collaboration avec Gresini est acquise. La firme de Noale aura sa propre structure usine et souhaite avoir une équipe satellite. C’est aussi le cas de Suzuki, encore aujourd’hui à deux motos. Ducati veut rester à six pilotes, ce qui amène à se poser des questions sur Avintia dont le destin semble être de passer très vite sous le contrôle de la VR46. Un logo qui pourrait piquer Yamaha à Petronas mais qu’Aprilia rêve de séduire. Il pourrait poursuivre aussi avec Ducati.

Gresini travaille sur son constructeur et le second pilote 

On le voit, cela fait beaucoup de monde encore dans l’expectative, dans un espace limité à 24 plots sur la grille de départ. 22 sont actuellement occupés. Reste que l’on attend avec intérêt de savoir avec qui le Gresini Racing va poursuivre son aventure au plus haut niveau de la compétition, qui est synonyme d’un investissement de l’ordre de 10 millions d’euros. Di Giannantonio sera un de ses pilotes.

Son équipier sera aussi à trouver, sachant qu’Aleix Espargaró devrait privilégier le statut de pilote d’usine Aprilia. Un rookie pourrait être celui-là. Di Giannantonio, qui doit être un candidat au titre cette année, désigne ainsi Bezzecchi, Lowes et Gardner comme ses adversaires les plus coriaces. L’Italien étant dans le giron de la VR46, l’Anglais n’étant plus un espoir, c’est donc vers l’Australien de bonne famille que les regards se tournent. Mais il portera cette année une combinaison avec KTM marqué dessus…

Gresini sera en MotoGP en 2022 avec Di Giannantonio.

 



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Di Giannantonio

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini