Chez Aprilia, on semble vivre dans un paradoxe permanent. Ainsi, et alors que les commentaires sur la nouvelle RS-GP sont séduisants, personne ne se rue sous l’auvent de la firme de Noale avec son CV pour prétendre à un second guidon pourtant disponible. Sans faire injure au vaillant Lorenzo Savadori, qui en est actuellement le titulaire, une aussi bonne moto devrait être la cible d’un jeune venu du Moto2 ou d’un pilote confirmé en mal d’orientation. Or, de tout cela, que nenni. D’où cette question : la RS-GP est-elle aussi belle qu’on l’entend ? Voici de quoi nous éclairer…

Le doute a été mis par Kevin Schwantz qui a ainsi commenté sur Speedweek cette idée de voir un Maverick Viñales claquant la porte de Yamaha pour trouver refuge dans le box Aprilia : « je ne sais pas pourquoi Maverick prendrait ce risque et accepterait une telle chose. Il devait être très, très mécontent de Yamaha ». Puis il ajoute : « Aleix Espargaró dit toujours qu’Aprilia est très proche des premières places. Puis il franchit la ligne d’arrivée en huitième position. Ce n’est donc pas encore si proche des motos gagnantes ».

Pendant ce temps, Viñales réfléchit et Dovizioso ne semble plus aussi convaincu après deux tests et avant trois autres qui vont s’étaler de fin juillet au mois d’août. Pour en savoir plus sur le niveau de l’Aprilia, il faut se référer à l’analyse du responsable du projet MotoGP de la société Noale, l’ingénieur Paolo Bonora. Il analyse ainsi en détail la première partie de la saison 2021 sur Moto.it : « dans la première partie de 2021 nous avons atteint l’objectif fixé d’être toujours en Q2 et dans le top 10 en course ».

Aprilia

Aprilia le reconnait : “il en faut plus pour le podium”

« Les résultats d’Espargaró en course sont convaincants tant du point de vue des qualifications que pour l’écart total en course. Il y a eu un bon pas en avant depuis la nouvelle RS-GP et Aleix est beaucoup plus convaincu et déterminé que par le passé, car il sait maintenant qu’il a une moto plus compétitive. Il se sent bien physiquement et psychologiquement, il utilise mieux ce dont il dispose » ajoute l’ingénieur.

Le même Bonora analyse en détail les améliorations de cette RS-GP : « la grande aile, avec l’aérodynamisme dans son ensemble, a augmenté la charge avant et arrière agissant sur les roues, à chaque utilisation de la moto. Par rapport aux motos précédentes et cela nous permet de mieux exploiter la puissance du moteur en accélération et même au freinage. La moto s’arrête plus facilement. Nous avons rendu le comportement plus fluide, également grâce aux nouveaux tests de moteur 2021. Cependant, nous devons encore faire un pas en avant, il faut plus de puissance maximale ».

Il termine : « nous travaillons dur, nous devons faire un autre pas en avant. Il y a eu de grandes améliorations, mais il en faut plus pour le podium ». C’est ce qui s’appelle de la franchise et cette conclusion donne en partie raison à l’évaluation de Kevin Schwantz. Elle explique aussi pourquoi on ne se bouscule pas encore pour signer un contrat avec Aprilia, surtout avec une Yamaha rendue disponible. Une moto connue et au niveau sans cesse démontré par Fabio Quartararo qui, elle-même, a du mal à trouver son pilote. Alors imaginez pour une RS-GP, même en devenir…

Dovizioso Aprilia Misano

 




Tous les articles sur les Pilotes : Aleix Espargaro, Andrea Dovizioso, Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini