Y aurait-il déjà un problème avec le futur Grand Prix de Finlande ? Le rendez-vous est au calendrier de la saison 2020, qui passe, par cette entrée du site du Kimy Ring, pour la première fois, de 19 à 20 épreuves. Mais les six pilotes envoyés en éclaireurs et qui représentaient autant de constructeurs engagés en MotoGP, sont revenus circonspects de leurs premiers tours de roues chez les Vikings. Un doute qui prend d’autant plus d’ampleur lorsque c’est l’enfant du pays qui s’en fait l’écho. Mika Kallio, en effet, n’est pas tendre avec ses compatriotes qui ont sorti de terre ce tracé…

Stefan Bradl l’avait signalé, Michele Pirro avait avoué, et voilà qu’à présent, c’est Mika Kallio qui lâche le morceau. Non, le Kimy Ring n’est pas le circuit passionnant et sélectif tant espéré. A tel point que le pilote d’essai KTM ne voit qu’une seule solution pour éviter le désastre : revoir toute la copie ! Une révision qui semble impossible au vu des délais en cours : le Grand Prix de Finlande est programmé pour juillet 2020, l’homologation de la FIM est toujours en attente, et pendant la saison la plus sombre, c’est-à-dire entre Noël et janvier, la lumière du jour est disponible de 9 heures à 15 heures, tandis que le sol est gelé…

Mais Mika Kallio insiste : « j’ai dit publiquement lors du test qu’il faut reconstruire la piste. Il n’y a pas d’autre moyen. J’espère qu’ils écoutent les pilotes. Parce que chacun d’entre eux a fondamentalement la même impression, tout le monde a le même sentiment, les opinions sont complètement identiques. »

Ceci posé, le Finlandais entre dans le détail : « du virage 5 à la ligne d’arrivée, vous êtes constamment en courbe, il n’y a pas de ligne droite entre ces virages. Il y a une ligne droite qui fait 1 km de long. Donc, vous pouvez dire que le premier secteur et cette longue ligne vont bien. Mais tout le reste du parcours est beaucoup trop lent pour le MotoGP. Nous pouvons tous prouver cette impression avec nos enregistrements de données. »

« Les équipes de test des constructeurs l’ont constaté et confirmé : ce n’est même pas une piste techniquement exigeante car les pilotes ne sont même pas obligés de changer de rapport. Vous pouvez passer en deuxième tout le temps » explique Kallio. « Si vous ne faites pas de lignes droites entre les virages, il n’y a pas la moindre possibilité de choisir des lignes différentes, il n’y a qu’une seule ligne idéale. Avec tous ces changements de direction, il n’y a qu’une seule ligne. Et le pilote derrière vous n’a aucune chance de prendre une autre ligne, car entre les virages, les distances sont trop courtes, il n’a pas le temps. Cela rend la piste difficile et compliquée. Je ne sais pas où vous pourriez doubler en course… »

Il termine sur Speedweek : « je ne veux pas jeter la pierre à quelqu’un, je ne veux pas donner une impression négative. Mais cela fait partie de notre travail de communiquer nos sentiments en tant que pilote. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons organisé un test là-bas. Nous voulions connaître les forces et les faiblesses de ce circuit. Et nous devons en informer les responsables lorsque nous pensons que des améliorations sont possibles. »



Tous les articles sur les Pilotes : Mika Kallio

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP