Guidotti est un nom connu dans le paddock des Grands Prix. Ceci grâce à deux frères, prénommés Francesco et Giacomo, dont la compétence ne s’est pas révélée sur la piste comme dans la famille Márquez ou encore Espargaró. Eux, c’est le travail de l’ombre dans le box qui est leur plus-value. De vrais chefs mécaniciens qui ont croisé la trajectoire d’un certain Marc Márquez à des époques différentes de sa carrière. Mais avec la même forte impression laissée au bout du compte…

Par son style flamboyant, sa détermination, et son palmarès solide qui est pourtant toujours en cours d’élaboration, Marc Márquez est ce que l’on appelle un phénomène. Un talent apparu très tôt dans la compétition. Enfant, le petit Marc ne laissait déjà pas indifférent. Francesco Guidotti se souvient ainsi : « je l’ai rencontré avant qu’il n’atteigne le Championnat du Monde. Emilio Alzamora me l’avait présenté quand il était en CEV avec KTM » se souvient l’Italien.

« Marc était vraiment petit : il transportait 18 kilogrammes de lest. Il roulait dans des conditions techniques défavorables, mais il était clair qu’il était bon. Il donnait le sentiment qu’il était un grand talent. Il était déjà très mature. Quand il est arrivé en 125 cm3, il a fait beaucoup d’erreurs et il est toujours exubérant aujourd’hui, mais dans le box, il savait quoi faire. Quand il a remporté sa première course, il m’a remercié ainsi que tous ceux qui avaient déjà travaillé avec lui. Difficulté à travailler avec Marc ? : Zéro, aucune » termine Francesco sur AS.

 

 

 

Son frère Giacomo l’a ensuite côtoyé chez Honda, en MotoGP. L’Italien s’occupait alors de Dani Pedrosa, mais l’actuel octuple Champion du Monde était bel et bien la vedette : « il est clair que Márquez fait une grande différence, tant en termes de pilotage que de vitesse. Il apprend de nouvelles choses : il relève la barre si haut qu’il risque de “ridiculiser” ceux qui possèdent la même moto. C’est certes difficile, mais c’est compétitif à tous points de vue. »

« C’était la quatrième année que j’étais au HRC, j’ai suivi Pedrosa pendant deux ans : Honda a développé la moto en parallèle pour les deux pilotes, essayant de satisfaire les deux avec une moto équilibrée. Pedrosa a plus souffert, mais pour d’autres raisons. Disons que c’est une moto qui ne s’adapte pas trop au “style Lorenzo”, mais avec une bonne configuration, vous pouvez aller fort. »

On rappellera que Marc Márquez et Honda ont uni leur sort jusqu’en 2024 avec un contrat estimé à 50 millions d’euros selon Carlo Pernat.




Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team