Personne dans le paddock ne doute que Maverick Viñales est un réel talent. Cependant, ce qui le plombe, c’est un mental friable, voire autodestructeur. Lorsque les choses ne tournent pas rond, il arrive au point de rupture. A ce stade, la plupart de ses éminents collègues en prennent leur partie et encaissent. Lui, il franchit le Rubicon et remet tout en question. C’est ce qui s’est passé avec Yamaha, entre le Sachsenring et Assen, deux épreuves qui ont accéléré une crise qui couvait depuis déjà un certain temps. Mais ce que nous avons vu en 2021 a déjà été fait par l’Espagnol en 2012…

En 2012, le jeune Viñales était alors en Moto3 et il a tout simplement quitté son écurie en plein Grand Prix de Malaisie, à trois Grands Prix d’une fin de saison au cours de laquelle il jouait toujours le titre face à Sandro Cortese… Voilà ce qu’avait alors déclaré l’Espagnol sur motogp.com. Et ce que l’on y trouve pourrait très bien sonner comme l’actualité de 2021…

Maverick, tout le monde a été surpris de ne pas te voir dans le paddock ce matin, peux-tu nous expliquer la situation ?

Nous n’allons pas participer à la course parce que le team ne respecte pas l’accord que nous avions.

Mais tu es toujours sous contrat avec le team…

Oui mais on peut signer ce qu’on veut, quand les choses ne cessent d’empirer, il faut trouver des solutions.

Quelles étaient tes demandes pour ces trois dernières courses, qu’est-ce qui a motivé cette décision ?

Depuis la mi-saison, ils n’ont pas fait tout leur possible alors que je fais toujours de mon mieux. Je voulais donc quitter le team après ces trois courses et nous séparer “proprement”, mais ils ne voulaient pas et aujourd’hui j’ai donc décidé de rentrer chez moi.

Tu voulais donc quitter le team à la fin de la saison, pas maintenant…

Oui, absolument. C’est toujours mieux de se séparer à l’amiable. J’étais prêt à continuer jusqu’à la fin de la saison s’ils m’avaient autorisé à partir à la fin de l’année.

Est-ce que c’est parce que tu n’as pas eu la moto que tu voulais ou bien que tu ne te sentais pas assez soutenu par le team ?

Ce n’est pas une question de soutien, je pense simplement que c’est un team de deuxième division et l’an prochain, je dois essayer de me battre pour le titre. Je ne pense pas pouvoir le faire avec ce team et j’ai donc pris cette décision.

Viñales

La mémoire ainsi rafraichie, on ne s’étonne plus de l’issue avec Yamaha. Pour cerner encore un peu plus le personnage, il faut se référer à l’analyse de Chico Lorenzo faite dans son émission ‘Motogepeando’ visible sur YouTube : « quand il gagne, il gagne de manière spectaculaire. Il y a un diamant inestimable là-dedans, mais il est rarement mis en lumière. Ce Viñales qui brille à la hauteur des plus grands apparaît si peu dans les chiffres… quand un pilote a montré une qualité et l’a montrée tant de fois, le problème n’est ni dans la moto, ni dans sa technique, le problème c’est dans ta tête ».

“Vinales ? C’est un pilote qui a de grandes vertus, mais il a des lacunes sur le plan psychologique”

« C’est un pilote qui a de grandes vertus, mais il a des lacunes sur le plan psychologique. C’est un sport très compliqué sur le plan mental car il demande 43 minutes de concentration absolue dans lesquelles on ne peut avoir aucune confusion. Et c’est aussi un sport à haut risque dans lequel on risque sa vie, donc tout implique une série de circonstances psychologiques pour le pilote qui sont très compliquées ».

Il ajoute : « quand remarquez-vous le plus que les pilotes ont peu de capacité d’adaptation ? Dans vos résultats, quand ils sont irréguliers. Vous voyez que les vrais grands, Valentino en son temps, Pedrosa, Jorge, Márquez, sont capables d’être toujours à un très haut niveau de performance sur n’importe quel circuit. Le jour où ils ne sont pas sur le podium, ils sont dans les cinq premiers. Et puis vous avez d’autres pilotes qui se présentent de temps en temps et éblouissent avec une qualité comparable aux autres, mais seulement de temps en temps. Parce qu’ils n’ont pas la capacité de s’adapter. Ils ne sont pas de de taille quand les choses ne vont pas bien, ils ne sont pas capables de s’adapter aux nouvelles circonstances ».

Chicho Lorenzo a aussi une recette pour renforcer l’homme qui veut être un pilote : « monter sur différentes motos et pratiquer différentes spécialités. C’est quelque chose que j’ai fait avec mon fils Jorge. La vitesse était la dernière chose que nous ayons faite et c’était pourtant l’objectif dès le départ. Mais il a fait beaucoup de Motocross, Supermotard, Trial… beaucoup d’exercices techniques. Celui qui n’a grandi qu’avec des motos de vitesse peut être très rapide, mais vous ne serez pas un pilote aussi complet que celui qui a travaillé avec d’autres spécialités ».

Quant à Viñales, au sujet de son avenir, on parle d’Aprilia, d’une Ducati, mais aussi d’une année sabbatique.

Viñales



Tous les articles sur les Pilotes : Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP