Le MotoGP prépare sereinement son avenir malgré une conjoncture marquée par les incertitudes engendrées par la crise sanitaire. Cependant, le dispositif mis en place par le promoteur Dorna rassure et félicite une organisation qui s’occupe de tout depuis 1992. Le nouveau bail avec les partenaires doit être signé jusqu’en 2026. KTM, Honda et Ducati l’ont déjà paraphé. Voici à présent que l’association des équipes IRTA prend son ticket.

C’est une bonne nouvelle pour le monde des Grands Prix et un message fort dans un moment où il n’est pas facile de s’engager au regard des incertitudes nées de la pandémie. Mais l’association des équipes IRTA ne doute heureusement pas, une sérénité marquée par la signature jusqu’en 2026 d’un contrat avec le promoteur Dorna.

L’IRTA représente les équipes privées en MotoGP ainsi que dans les petites classes et défend leurs intérêts. Il s’agit entre autres d’un soutien financier et technique pour que les grilles de départ soient compétitives et équilibrées. C’est le septième contrat signé par Dorna et l’IRTA. Cela garantira la stabilité pour les cinq prochaines années. « Ce ne sont pas des temps faciles », reconnait le président de l’IRTA, Hervé Poncharal. « C’est pourquoi c’est un gros avantage de continuer à travailler avec les mêmes partenaires ».

« Avoir un promoteur comme le Dorna, dirigé par Carmelo Ezpeleta, est un rêve pour nous tous. Le partenariat est excellent depuis 1992 et s’est amélioré chaque année. Chaque question des équipes ou des pilotes est toujours considérée par la Dorna » ajoute le Français.

L’IRTA : les team privés ont remporté en 8 des 14 courses 2020 en MotoGP

« La sécurité, la course, le côté technique et le spectacle n’ont fait que progresser. 2020 a été une année incroyable avec neuf vainqueurs différents et de nombreux duels. Cela est dû au travail de Dorna, de l’IRTA, des constructeurs et des équipes » complète Hervé Poncharal, patron d’un team Tech3 qui a concrétisé à deux occasions en 2020 en MotoGP avec la KTM de Miguel Oliveira. On rappellera que la structure satellite Petronas Yamaha a remporté six victoires la saison passée, montrant ainsi que les structures privées ne sont plus quantité négligeable.

D’ailleurs, pour Carmelo Ezpeleta, les équipes privées de la catégorie reine sont un pilier important afin de faire pression sur les usines même lors de la mise en place de règles techniques, comme celle de l’électronique standard, par exemple. Le patron de Dorna commente : « quand nous avons commencé en MotoGP, nous avons tout de suite travaillé avec l’IRTA. Je suis très heureux que les équipes privées soient devenues de plus en plus fortes ». Iront-elles, en 2021 jusqu’à compter un Champion du Monde MotoGP ? Franco Morbidelli en rêve déjà …

 



Tous les articles sur les Teams : Tech 3 Racing