Ce n’est pas encore une nouvelle officielle, mais c’est une forte tendance qui est partagée jusqu’au patron du team LCR. Le pilote Cal Crutchlow qui y officie en a terminé avec la présente saison MotoGP. Son équipier Nakagami ne le reverra plus sur la Honda avant l’année prochaine. L’Allemand Stefan Bradl qui est l’homme des tests pour le HRC fera la pige. Autant d’éléments confirmés par le patron Lucio Cecchinello avec force détails…

Cal Crutchlow a subi une lourde chute lors de la FP2 du Grand Prix d‘Australie. A plus de 300 km/h, il s’est retrouvé le jouet du bac à graviers. Duquel il a été relevé avec une cheville fracturée. Et la note à payer est sévère : « je ne suis pas médecin … Mais il y a deux fractures au bas du tibia et du péroné, et la cheville est touchée » commente le patron de l’équipe LCR Honda sur Speedweek. « Nous devons être conscients qu’il ne s’agit pas d’une clavicule cassée, où vous pouvez piloter à nouveau après deux semaines … »

« Cal a maintenant terminé la première opération mineure. Une plaque et des vis ont été utilisées. Jeudi, la prochaine opération suivra. Dimanche ou lundi, il pourra rentrer en Europe. Pour le moment, il n’y a aucune raison de se précipiter et de risquer de causer des dommages permanents à la cheville droite. Selon mon estimation réaliste, nous ne verrons pas Cal sur une machine de course avant février lors du test de Sepang ».

Il ajoute : « c’est comme ça Nous ne pouvons rien changer. Néanmoins, il existe un espoir que Cal puisse être opérationnel pour les tests du 23 au 25 novembre. Mais Cal prendra cette décision avec les médecins. Ce test aura lieu quatre semaines après l’opération. Puisque Cal est très en forme et encore jeune, cela pourrait être une option. ”

Stefan Bradl fera donc la pige. Une vieille connaissance de l’équipe de la LCR qu’elle retrouve après quatre ans… « Stefan a piloté pour nous de 2012 à 2014. Ce fut une collaboration fructueuse et nous avons toujours aimé travailler avec lui. Nous pensons qu’il peut faire du bon travail. Il a vraiment du talent, il connaît l’équipe, il connaît la moto, il sait notre façon de travailler et il a l’habitude de communiquer avec notre chef d’équipe Beefy. Nous connaissons le style de conduite de Stefan. Ce sont de bonnes conditions. »

Mais Cecchinello sait qu’il ne peut s’attendre à des miracles avec un pilote qui n’a fait que trois Grand Prix en 13 mois. « J’ai été moi-même un pilote. Par conséquent, je suis conscient du fait que vous ne ressentez pas un sentiment certain avec la moto lorsque vous ne pilotez que de manière occasionnelle. Et avec tous les pilotes réguliers qui courent toutes les deux semaines pour disputer un week-end de course. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que Stefan se batte pour des podiums comme Cal. Mais nous calculons les points du championnat du monde. Toute position entre 10 et 15 nous serait très utile. Si Stefan se classe dans le top dix des séances d’essais, le résultat serait remarquable. Mais nous ne ferons pas de drame si nous ne gagnons pas de points en Malaisie ».

Il termine : « dans la récente histoire du MotoGP, je n’ai jamais eu de pilote de remplacement qui ait sauté sur une moto de haut niveau et fait une performance étonnante ».

Tous les articles sur les Pilotes : Cal Crutchlow, Stefan Bradl

Tous les articles sur les Teams : LCR Honda