Marc Marquez s’est donc fait opérer une troisième fois de son humérus droit qui est aussi obstiné à ne pas guérir que son propriétaire l’était à ne pas chuter de sa Honda. Une nouvelle intervention qui est aussi un aveu d’échec des initiatives médicales précédentes menées par le Docteur Mir. Le cas est devenu un débat d’experts, mais les faits semblent à ce stade donner raison au vétéran Docteur Costa. Celui par qui la Clinique Mobile a été possible avait prévenu dès le début …

Il est parfois des moments où l’on peut regretter d’avoir eu raison. Le Docteur Costa nourrit sans doute aujourd’hui ce sentiment en regardant ma situation d’un Marc Marquez contraint à une troisième opération de son humérus. Une chirurgie qui l’éloigne encore un peu plus de sa Honda et qui n’écarte pas les craintes sur l’impact qu’auront ces longs mois et ces interventions sur la carrière du champion.

Dès le départ, le Docteur Costa était sceptique sur la stratégie choisie pour soigner le patient Marquez. Pour lui, il y a eu deux erreurs qui ont amené à cette troisième issue. La première était de placer une plaque au lieu d’insérer un clou intramédullaire. Mais en septembre on a compris que l’os ne voulait pas guérir. Attendre deux mois n’a pas aidé, car les chances d’un changement spontané étaient asymptotes de zéro.  Claudio Costa serait intervenu sans délai, avec la technique des fixateurs externes.

Une différence de 3 centimètre entre les deux bras de Marc Marquez ?

Mais quels sont les avantages de la solution de fixateurs externes ? Il l’explique sur Moto.it : « j’aurais raccourci l’humérus d’environ trois centimètres : un bras un peu plus court n’est pas si pénalisant, ce n’est pas une jambe qui vous oblige à boiter. Je le répète, j’aurais scié trois centimètres d’os pour éliminer tous les risques d’une non-guérison, j’aurais fait le “ sandwich ” avec les greffons et puis j’aurais mis les fixateurs. Car les fixateurs externes me permettent de compresser progressivement les deux sections de l’humérus, ce qui, jour après jour, accélère la guérison. J’ai fait ça avec la jambe de Doohan ».

Cette technique a-t-elle été appliquée avec Marc Marquez ? Tout ce que l’on sait est contenu dans un communiqué où l’on apprend que le pilote Honda a été « pris en charge par les docteurs Samuel Antuña, Ignacio Roger de Oña, Juan de Miguel, Aitor Ibarzabal et Andrea García Villanueva. Ces derniers ont retiré la plaque précédemment apposée, en ont placé une nouvelle, tout en procédant à une greffe osseuse ».

Sur ces simples éléments, le Docteur Costa évalue ainsi la situation : « s’ils ont fait une bonne intervention chirurgicale, la guérison pourrait durer près de quatre mois. Les noms des médecins qui sont intervenus me convainquent, mais pour le moment nous n’avons pas beaucoup de détails sur la technique utilisée et même pas de pronostic ».

Pour le spécialiste, si sa technique a été appliquée, Marc Marquez en aurait pour quatre mois. Sinon, il faudra compter deux mois de plus. Et encore, il faudra attendre la suite, et notamment la reprise de l’entraînement. Une phase que déplorait le même Costa, en voyant le pilote soulever avec énergie poids et altères…

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team