La saison n’a pas encore commencé et le MotoGP n’a même pas fait sa rentrée pour ses premiers tests à Sepang que, déjà, Yamaha compte une victoire… Elle a été acquise sur un marché des transferts que l’on annonçait comme agité, mais qui le sera bien moins que prévu depuis que la firme d’Iwata a enlevé de l’échiquier deux pièces maîtresses. Il s’agit de Maverick Vinales et de Fabio Quartararo qui cohabiteront donc sous l’auvent frappé des diapasons jusqu’à la fin 2022. Deux noms qui étaient en tête de la liste des courses Ducati qui s’est donc fait faire les freins par les Japonais. Mais Gigi Dall’Igna garde la tête froide…

Yamaha a réussi un coup de maître en signant très tôt deux pilotes majeurs révélés en son sein que sont Maverick Vinales et Fabio Quartararo. Une opération éclaire qui redistribue les cartes sur le marché des transferts dont le volume s’est d’un coup d’un seul réduit. Deux opportunités y ont été enlevées et la grande victime reconnue s’appelle Ducati.

Paolo Ciabatti a réagi en assurant qu’il n’accusait aucun coup et le directeur général de Ducati Corse qu’est Gigi Dall’Igna affiche la même humeur. Cependant, il occulte quelque peu le sujet en martelant que sa préoccupation actuelle est plutôt une saison 2020 qui reste tout de même à faire ! « Nous avons exactement la même équipe que l’année dernière, et je suis honnêtement très heureux de cela », a souligné Dall’Igna. « Nous avons très bien fait en 2019 dans la première moitié de la saison. Je pense que nous avons une chance de confirmer ce que nous avons accompli. L’objectif est exactement le même que ces deux dernières années : se battre pour le championnat et le gagner si possible ».

Il ajoute même : « l’esprit que nous avons actuellement dans l’équipe est vraiment fantastique. D’un point de vue technique, c’est parfois très important. Si les deux pilotes sortent ensemble sur la piste et se suivent, cela nous donne l’occasion de voir comment la moto se comporte dans le sillage de l’autre. Ceci est très important pour de nombreuses raisons – pour les performances du moteur, l’aérodynamisme, les pneus. D’un point de vue technique, c’est très important ».

On oublie donc les éventuels malentendus avec Andrea Dovizioso sur les choix techniques. Un DesmoDovi d’un coup d’un seul renforcé dans son équipe, puisque deux possibles concurrents à son poste ont disparu… Sur ces signatures rapides, Gigi Dall’Igna répète son idée maîtresse dans la conduite des négociations : « certains pensent que tous les contrats doivent être signés le plus tôt possible afin que le pilote se sente à l’aise et se concentre sur sa saison. Je ne suis pas entièrement convaincu que ce soit toujours la bonne approche. Certains pilotes le font bien sûr, mais d’autres … Je ne peux pas avoir de certitude mathématique, car quand il s’agit de la tête, il n’y a jamais de données sûres … Mais j’ai le sentiment qu’il y a des pilotes qui, sous pression, pour obtiennent leurs meilleures performances ».

Gigi Dall’Igna peut s’appuyer sur Danilo Petrucci pour étayer sa théorie. On rappellera que les performances de l’Italien ont chuté dès qu’il a su que son contrat était prolongé. Mais attendre, c’est aussi laisser passer des opportunités… Que Yamaha a su saisir…



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Dovizioso

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team