Avant qu’il ne puisse rejoindre son appartement à Lugano, ce qui n’a pas été un mince exploit en cette période de confinement, de fermeture des frontières, et d’une aviation civile clouée au sol, Jorge Lorenzo a végété de longues semaines dans un hôtel huppé à Dubaï. Par peur du coronavirus, moins virulent sous ces latitudes ? Que nenni. Il a en fait été piégé par Yamaha… Maio Meregalli explique.

Jorge Lorenzo dans un chambre d’un grand hôtel à Dubaï a longtemps été le décor de fond de ses interventions sur la toile. Le Majorquin était certes isolé, mais toujours ouvert sur le monde grâce à la magie de la toile. Une position à la fois enviable, par le luxe et les opportunités d’entrainement physique offerts par le site, mais aussi anxiogène car néanmoins précaire… Ledit établissement était en effet sous la menace permanente d’une fermeture par les autorités, comme tous les autres endroits de ce type dans le monde, en raison de la pandémie.

Mais comment et pourquoi Por Fuera s’est-il retrouvé en ce lieu ? Maio Meregalli de chez Yamaha, explique : « nous avons dû annuler certains tests. Nous avons essayé de retenir Jorge à Dubaï, juste parce que nous devions faire un test à Motegi les 20 et 21 avril. Mais malheureusement nous avons dû l’annuler. Comme tout le monde, nous perdons beaucoup de temps à cause de la situation avec Covid-19. »

Jorge Lorenzo a donc payé le tribut d’une belle conscience professionnelle, celle-là même dont Yamaha espère tirer le plus grand profit : « l’expérience qu’il nous apporte est importante pour nous, car il vient de Honda et il était avant chez Ducati, il en sait plus que nous sur ce qu’ils ont », confirme Massimo Meregalli, le directeur de l’équipe Yamaha dans un entretien avec Motorsport- Total.com.

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Lorenzo

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP