Maverick Viñales désespère. On l’a vu lors de ce vendredi du Grand Prix d’Emilie Romagne pester sur sa Yamaha et mécontent dans son box. Pourtant, le voilà avec le quatrième temps, à une poignée de millièmes du leader Brad Binder sur sa KTM. Mais ça, c’est la performance sur un seul tour. Son souci à lui, c’est rouler en configuration course. Et pour le moment, la déception qu’il a vécue dimanche dernier sur ce même tracé de Misano a toutes les chances de se répéter…

Maverick Viñales réclame de l’aide de Yamaha et pour montrer sa bonne volonté, il a roulé avec le nouvel l’échappement Akrapovic dont la configuration laisse à penser qu’il a pris la même pilule bleue tant vantée sur le casque de Valentino Rossi… Mais la sensation, avec un réservoir plein, n’est pas encore la meilleure pour l’Espagnol qui craint donc une nouvelle débandade.

« La sensation pour un tour est bonne, mais le seul problème est que tout ce que nous avons essayé mardi ne fonctionne pas pendant le week-end de course, car la sensation et le niveau d’adhérence ont changé » regrette Viñales qui fait aussi allusion à la journée de test de cette semaine.

« Nous souffrons de la même chose depuis trois ans »

« Nous devons nous préparer à ces conditions en vue de la course, et nous devons essayer de comprendre comment nous pouvons être plus rapides. Nous sommes donc revenus à notre moto standard que nous avons utilisé dimanche dernier. Nous avons perdu du temps avec tout cela. Nous devons continuer à travailler pour savoir comment gagner en adhérence pendant la course ». La positive attitude semble quitter progressivement le futur équipier de Fabio Quartararo…

« Fondamentalement, ce que je veux, c’est freiner tard et arrêter la moto. C’était mon style avec l’autre moto que j’avais en MotoGP et aussi en Moto2 et Moto3. Je freinais le plus tard possible et maintenant je dois freiner plus tôt. Nous souffrons de la même chose depuis trois ans, avec l’adhérence la moto fonctionne, sans adhérence je souffre. Il faut changer quelque chose et faire le temps d’une manière différente. Il faut regarder le fonctionnement de la moto et dans les 10 premiers tours. Avec les 20 l d’essence dans le réservoir, c’est très difficile » termine l’Espagnol.

MotoGP Misano 2 J1 : chronos

 



Tous les articles sur les Pilotes : Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP