Après avoir disparu de la circulation à partir de Motegi 2017 suite à une sorte de burn-out, Jonas Folger a fait son retour dans le monde des Grands Prix tout d’abord en tant que pilote d’essai Kalex Moto2 puis, en fin d’année dernière, en tant que pilote d’essais Yamaha MotoGP, puis cette saison en Moto2 chez Petronas pour y remplacer Khairul Idham Pawi blessé.

Depuis lors, et malgré des résultats relativement modestes (aucun point marqué), le pilote allemand semble avoir retrouvé le feu sacré et déclare vouloir faire une saison complète en catégorie intermédiaire en 2020.

Après sa triple pige à Barcelone-Assen-Sachsenring, Jonas Folger explique enthousiasmé : « Ce week-end était bien meilleur qu’Assen et Barcelone. Je suis heureux d’avoir amélioré mes compétences de pilotage de manière significative et je suis également heureux que ce soit la première course dans laquelle j’ai couru de manière plus agressive et avec beaucoup plus de confiance en moi. Je reviens de plus en plus en mode course… Donc, la combativité revient peu à peu. Il s’agit donc maintenant de me concentrer beaucoup plus sur la catégorie Moto2 actuelle avec les nouveaux moteurs Triumph. Il ne me reste plus qu’à me sentir plus à l’aise avec ce package et ses caractéristiques. Cela devrait également être le premier pas vers les préparatifs pour l’année prochaine. J’ai pris la décision de courir à nouveau en Moto2 l’an prochain et j’espère pouvoir trouver une équipe aussi bonne que celle-ci. J’ai le désir de courir à nouveau. Au cours des trois dernières courses, je me suis vite rendu compte que le feu était toujours là. L’envie et la volonté de courir sont devenues encore plus fortes ».
« Par conséquent, à partir de maintenant, je vais intensifier mon entraînement et faire tout ce qui est en mon pouvoir pour trouver un package performant pour l’année prochaine. Je veux vraiment revenir dans ce championnat ».

La volonté est donc là, mais, malgré les résultats honorables de « Folgas » en Moto2 (3 victoires) et MotoGP (une 2e place), le problème n’est pas forcément simple à résoudre.

Tout d’abord, il faut l’accord de Yamaha. Si l’on regarde le cas des autres pilotes d’essais MotoGP, aucun ne participe à une saison de Grand Prix. Mika Kallio et Dani Pedrosa ne courent pas, Bradley Smith fait des wildcards pour Aprilia et de la MotoE, Sylvain Guintoli fait des wildcards pour Suzuki et les 8 heures de Suzuka, Stefan Bradl fait des wildcards et des remplacements pour Honda, et seul Michele Pirro s’aligne régulièrement en compétition, à savoir en championnat d’Italie… Pour Ducati.

Passons ce premier obstacle pour arriver au second. Soumis au stress de la catégorie MotoGP, le pilote allemand a été contraint de déclarer forfait en cours de saison. Qu’on le veuille ou non, cela reste dans l’esprit de tous les teams managers, qui par ailleurs doivent « vendre » leur package à des annonceurs, et si cela ne constitue pas un écueil rédhibitoire, cela risque fort d’intervenir dans les négociations. Financières ou pas…

Enfin, il faut trouver une équipe présentant un attrait indéniable, que ce soit par son niveau de performance ou par des possibilités d’évolution.

À ce titre, Petronas semblerait un choix logique et, du moins en façade, on se déclare convaincu par l’expérience.

Johan Stigefelt : « C’est bon de voir sa progression avec l’équipe et c’est agréable de le voir heureux et sourire à nouveau. D’une certaine façon, c’est dommage qu’on ne puisse pas continuer avec lui, mais en même temps, ce sera super de récupérer KIP (Khairul Idham Pawi) ».

Le pilote malaisien doit faire sa rentrée à Brno et l’équipe malaisienne n’arrive pour le moment pas à obtenir une deuxième place sur la grille.

Pour 2020, d’après nos informations, Khairul Idham Pawi pourrait/devrait « redescendre » en Moto3, ce qui laisserait la place vacante en Moto2. Mais cette place, très attractive car débouchant potentiellement sur le MotoGP, est évidemment très convoitée et, selon “radio paddock”, un jeune pilote Moto2 au patronyme célèbre tiendrait la corde…

Par contre, le team Kiefer s’est d’ores et déjà montré intéressé par Jonas Folger, à condition toutefois d’obtenir également une 2e place sur la grille, aux côtés de Lukas Tulovic. Autant dire que si la puissante filière Petronas n’arrive pas à en obtenir, il y a très peu de chances que la candidature de Jochen Kiefer soit acceptée…

Si le projet du pilote allemand s’avère donc pas si évident que cela, nous souhaitons néanmoins qu’il puisse aboutir afin de revoir de belles passes d’armes comme celles que Jonas Folger nous a offertes de temps en temps.

Tous les articles sur les Pilotes : Jonas Folger

Tous les articles sur les Teams :