En cette fin de saison 2019 de MotoGP, il va falloir tenir rênes courtes les troupes chez Ducati. Les rangs habituellement serrés ce sont quelque peu relâchés avec des commentaires au ton résigné qui ne cachent pas la déception d’une troisième campagne perdue contre Marc Márquez. D’autant plus que l’écart, plutôt que de se réduire, s’accroît. Pendant ce temps, la concurrence se rapproche. Avant le Grand Prix de Thaïlande, le directeur sportif Paolo Ciabatti fait le point et ne nie pas l’évidence…

Cette année, ce ne sera toujours pas un pilote Ducati qui ceindra la couronne en MotoGP. Celle-ci restera solidement sur la tête du roi Marc Márquez. Un nouvel échec pour la firme de Borgo Panigale qui peut cependant encore se consoler avec le titre des constructeurs. Un classement qu’elle mène de 24 points devant Honda dont la grande majorité des points a été marquée par son phénomène natif de Cervera.

Casey Stoner attend donc son successeur depuis 2007. La GP19, qui devait être la synthèse des réussites de ses aînées sans leurs défauts, n’a pas démérité. Mais elle n’a pas été l’arme fatale permettant à Dovizioso de terrasser l’ogre espagnol. Un débat entre la machine et le pilote qui s’est tendu ces derniers temps. Chacun a montré du doigt l’autre pour expliquer la défaite, déjà actée alors qu’il reste cinq Grands Prix à disputer.

Une amertume qui oppose Gigi Dall’Igna, responsable des choix techniques, et Andrea Dovizioso, le pilote qui ne peut plus qu’espérer un troisième statut de vice-champion du monde en trois ans. Ce dernier voit bien que ça ne va pas dans le bon sens : il a remporté six courses en 2017, quatre l’an passé et son compteur est actuellement bloqué à deux réalisations. En 2018, Jorge Lorenzo avait apporté trois autres succès tandis que Danilo Petrucci n’en revendique qu’un seul. Par ailleurs, les manœuvres au sujet d’un éventuel retour de Por Fuera dans la maison rouge n’ont pas arrangé les choses.

Au milieu de tout ça, on trouve un directeur Paolo Ciabatti qui doit faire le bilan et calmer les esprits. Et pour réussir sa délicate mission, il a choisi de ne pas jouer le déni : « je ne nie pas qu’il y ait eu des moments de tension » a-t-il déclaré sur GPOne.com. « Comme toute bonne famille, il y a parfois des divergences d’opinions, mais des personnes intelligentes et professionnelles peuvent les résoudre. »

« L’objectif de Ducati est de se battre pour le podium à chaque course, ainsi que pour Dovi » a déclaré Ciabatti. Mais pour vaincre Márquez dans sa forme actuelle, les podiums ne suffisent pas. « Pour remporter le titre contre Márquez, qui gagne la course ou termine deuxième, vous devez être à ce niveau. Il me rappelle Stoner, mais il a moins de faiblesses, nous devons travailler avec un dévouement extrême et en faire plus. »

« La moto parfaite n’existe pas, et pour le moment, tout le monde doit composer avec un pilote dont le niveau est complètement différent » a déclaré Ciabatti à propos de Márquez. « Il est compétitif sur tous les circuits et dans toutes les conditions. Il suffit de regarder les performances des autres pilotes Honda pour comprendre que Márquez fait la différence. » En effet, si l’on enlève simplement Márquez du classement, Dovizioso pourrait théoriquement devenir champion du monde pour la troisième fois cette année.

L’année prochaine, Ducati fournira Francesco Bagnaia, Dovizioso, Petrucci et Jack Miller en GP20 dernier cri. « Si Miller et Bagnaia sont compétitifs, ils peuvent être des éléments stratégiques pour le championnat“, pense Ciabatti dans un scénario pour combattre Márquez. « Plus nous avons de pilotes en tête, plus nous risquons de déranger Márquez. » La meute sera donc lâchée. Mais saura-t-elle se coordonner ?



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Dovizioso

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team