C’est donc décidé. Andrea Dovizioso est officiellement le vainqueur du Grand Prix du Qatar et, surtout, le déflecteur mis par Ducati sur le bras oscillant de sa GP19 sert d’abord à refroidir le pneu arrière. KTM, Aprilia, Honda et Suzuki ont produit des données et argué que l’accessoire produisait un effet aérodynamique illégal. Ils ont été déboutés. Les rouges gagnent donc sur toute la ligne. Reste maintenant à savoir si on a tranché le nœud gordien ou si on a ouvert la boite de Pandore…   

Car dans cette affaire, les commentaires des parties ont été secs et on a frôlé parfois les noms d’oiseau. Entre les constructeurs, Yamaha mis à part qui s’est placé au-dessus de cette mêlée en jouant la neutralité, quelque chose s’est cassé et on n’oubliera pas de sitôt cette affaire dont l’issue détermine clairement des perdants et un gagnant. Chez Aprilia ou encore chez KTM, les approches ont été virulentes. Chez Ducati, on se réjouit du verdict, mais on précise qu’on gardera ça en mémoire…

Le patron de la marque Claudio Domenicali a donné le ton. C’est au tout de Paolo Ciabatti d’abonder dans un échange paru sur GPOne : « le résultat du Qatar a été confirmé et la demande d’interdiction de notre appareil a été refusée. La FIM a donc considéré que la “cuillère” était parfaitement légale et respectait les directives du règlement » commence sobrement le directeur sportif Ducati Corse.

« Plus tard, il y aura l’ordonnance du tribunal, des considérations et des motivations. Nous avons hâte de les lire. Si nous le jugeons nécessaire, nous utiliserons notre déflecteur en Argentine. Ce n’est pas une obligation, c’est une possibilité. Nous étions convaincus d’être dans notre bon droit, mais lorsque vous vous soumettez à un jugement, vous être toujours dans l’expectative ».

Il précise : « nous avons passé une semaine à préparer notre défense au lieu de travailler, et nous avons dépensé de l’argent. De l’argent que personne ne remboursera ». Cela étant dit, l’affaire peut encore rebondir avec un appel devant le tribunal d’appel du sport. Mais… « Si ça se fait, cela signifierait que Honda, Suzuki, KTM et Aprilia ne reconnaissent pas l’autorité de la FIM sur la question. C’est un peu comme une affaire de dopage… Bien sûr, il est possible de recourir devant ce tribunal, cela a été fait dans le passé, c’est une possibilité, mais je trouverais cela étrange ».

Il termine : « ce serait une bonne habitude pour tout le monde d’éviter de faire des commentaires avant que les décisions ne tombent. Cela aurait été plus élégant. Certains de nos adversaires n’avaient pas ce bon goût ». Ambiance…

Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Dovizioso

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team