Cinquième du classement provisoire du Championnat du Monde à égalité de points avec le quatrième Takaaki Nakagami, le leader de l’équipe KTM est précédé par Fabio Quartararo, Maverick Viñales et Andrea Dovizioso après les deux courses de Jerez. Pour le Champion du Monde Moto2 en 2013, c’est son meilleur début de saison depuis qu’il est entré chez KTM en 2017.

Les précédents meilleurs résultats de Pol à Jerez sur la RC16 ont été la 11e place en 2018 et la 13e en 2019. Le progrès de cette année est donc impressionnant avec les 6e et 7e positions. « Jerez était un endroit difficile pour nous dans le passé », a reconnu Pol auprès de Günther Wiesinger pour Speedweek.com. « Maintenant, il y a deux circuits avec Brno et Spielberg qui nous conviennent beaucoup mieux. »

Certains ont été contrariés qu’un cadre en acier et les suspensions WP (toutes les autres marques font confiance à Öhlins) puissent être utilisés pour essayer de gagner en MotoGP. Un ancien technicien de KTM de l’époque des deux temps (125 et 250 cm3), qui s’est battu avec des cadres en aluminium provenant d’Angleterre et des éléments Öhlins, a même souligné lors du GP de Brno de 2019 que le matériau du cadre devait être déterminé par les techniciens et non par le patron de l’entreprise. Car Stefan Pierer a toujours insisté sur ce point : « Le cadre en acier est l’ADN de KTM. C’est notre religion. Grâce à notre technologie, nous sommes le leader mondial du marché dans ce secteur. »

« Nous avons une grande expérience des alliages d’acier chez KTM », a confirmé Pit Beirer, directeur du sport mécanique chez KTM. « Nous supposons que la chaleur extrême à Jerez signifie que nos cadres en acier se sont moins déformés que les versions en aluminium de la concurrence. Avec le châssis 2021 à tubes carrés, qui sont maintenant utilisés à certains endroits, nous avons certainement fait des progrès en termes de comportement de conduite et de durée de vie des pneus. Avec notre partenaire technologique Pankl Racing en Styrie, nous avons acquis ces dernières années une expérience précieuse dans la construction de châssis en acier. »

« Dans la deuxième course à Jerez, j’ai perdu plus de temps sur le vainqueur que dans la première », a fait remarquer Pol Espargaró. « Mais ce qui compte à la fin, ce sont les points. Le deuxième dimanche a été une journée très difficile, ne serait-ce que parce que j’ai dû partir de la 12ème au lieu de la 6ème place comme sept jours auparavant. Au début, j’ai vu les meilleurs pilotes juste devant moi. Mais ensuite, j’ai fait une erreur et Petrucci et mon frère Aleix m’ont rattrapé. »

« Derrière mon frère, la chaleur était de plus en plus forte, j’ai manqué d’air pendant des tours », a ajouté le coéquipier de Brad Binder. « La chaleur m’a vaincu. A un moment donné, j’ai vu Dovizioso devant moi, mais il était trop loin. Je n’ai pas pu le rattraper. Mon frère est alors tombé devant moi. Il y a eu de nombreuses chutes autour de moi, dont celle de Petrucci. J’ai donc essayé de finir septième. Il valait mieux prendre les neuf points avec moi dans ce court championnat. C’était sans aucun doute la course la plus difficile de ma vie. »

« La deuxième course à Jerez a été surtout plus difficile pour moi car j’ai fait une erreur lors des qualifications et je n’ai donc dû partir que de la douzième place. J’ai payé pour cela ! Dans les premiers tours, j’ai dû me battre avec des gars avec qui on ne devrait pas se battre. »

« Nous avons perdu environ six secondes dans les cinq ou six premiers tours. Ensuite, nous étions finis. Même l’Aprilia était difficile à doubler. Quand vous êtes à l’arrière, le pneu avant chauffe très, très fort. Alors il est impossible de dépasser sur les freins. Si vous perdez six secondes sur certaines machines d’usine dans cette courte phase, comment allez-vous rattraper ce déficit ? »

« Si quelqu’un avait prédit que nous nous rendrions à Brno avec la cinquième place du Championnat du Monde avant les deux courses de Jerez, nous n’aurions jamais cru cela possible », a déclaré Pol. « Cela montre l’excellent travail que KTM a fait en hiver. Bien sûr, la moto doit être performante. Et nous avons vu que Yamaha avait déjà des problèmes de moteur, de même que Ducati et Aprilia. Chez KTM, il n’y a pas eu de problèmes de moteur. C’est un sport d’équipe. Ce n’est pas un sport individuel. Et grâce à notre travail d’équipe, nous sommes quatrième au championnat des constructeurs. »

« Avant le début de la saison, nous ne nous attendions certainement pas à pouvoir facilement entrer dans le top 6 ou le top 7. Mais nous avons réussi à le faire malgré un mauvais départ et la chaleur insupportable du deuxième GP. Ce n’étaient pas des circonstances normales. Nous avons très bien réussi jusqu’à présent. Nous en sommes tous heureux. »

Photos © Polarity Photo pour KTM



Tous les articles sur les Pilotes : Pol Espargaro

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP