Pecco Bagnaia a marqué encore un peu plus les esprits chez Ducati dans un Grand Prix du Portugal qui aurait pu être sien si deux drapeaux jaunes ne l’avaient pas crucifié lors de la Q2. On rappellera en effet que son meilleur chrono lui a été enlevé, une performance qui lui offrait non seulement le pole position mais aussi le record de la piste de Portimao avec trois dixièmes de mieux que le temps de Quartararo. L’Italien s‘est élancé onzième pour finir en trombe second. C’est aussi désormais sa place au championnat. Mais chez Ducati, il est le premier…

Pecco Bagnaia a marqué des points au Portugal, et pas seulement pour le classement général du championnat du monde MotoGP. Sa côte, déjà solide chez Ducati, a encore pris de la valeur au terme d’une prestation de choix sur le sélectif tracé de Portimao. Il est aussi le seul des ténors de la marque à avoir vu l’arrivée puisque son équipier Miller et l’allié Zarco ont chuté.

A l’arrivée, l’éminent membre de la VR46 Académie regrettait toujours le mauvais scénario de la Q2 : « nous avons perdu notre chance de victoire samedi », a déclaré dimanche Pecco Bagnaia. « Je pense que cette deuxième place était le maximum possible. Quartararo était trop loin devant. J’aurais peut-être fini quand même deuxième sans mon déclassement de la Q2, mais au moins j’aurais eu une chance de me battre ».

« Fabio a mis un rythme très rapide, je ne pense pas que quiconque s’attendait à un tel rythme. L’adhérence était bien meilleure et les pneus fonctionnaient bien. Je pense que nous avons tous fait un excellent travail », a déclaré l’Italien de 24 ans, en regardant les résultats. « Et je suis très heureux car je ne serais peut-être pas allé sur le podium dans une situation comme celle-ci l’année dernière. J’ai un peu amélioré mon style de pilotage et j’ai dépassé beaucoup de pilotes dans les virages où je pensais en fait que les manœuvres étaient difficiles. Alors je suis content. Cela n’a pas été simple car il est facile de sortir de la ligne idéale. Nous avons très bien travaillé et obtenu le meilleur résultat possible ».

Joan Mir n’a pas facilité la tâche du pilote d’usine Ducati dans l’arrivée. Le pilote Suzuki était littéralement accroché à la roue arrière de Pecco. « Je pensais avoir Joan comme passager, je l’ai entendu de si près », se souvient l’officiel Ducati. « Mais je savais que si je tenais jusqu’au dernier virage, il lui serait impossible de me doubler. Parce que notre accélération est très forte. Mon dernier tour était bon aussi ».

Bagnaia : « on arrive maintenant sur les pistes que j’aime »

Le Champion du Monde Moto2 2018 est maintenant le challenger du leader provisoire du championnat… « Je pense qu’il est trop tôt pour parler de la course au titre maintenant. Je suis deuxième pour la première fois. Je dois attendre. Mon objectif cette année sera d’être compétitif n’importe où, n’importe quand. Même sur les pistes où j’ai eu du mal l’année dernière. Ici au Portugal, j’étais presque dernier en 2020. Nous avons donc fait un grand pas en avant. Mais il est trop tôt pour parler du championnat. Pour le moment, je suis juste content d’être deuxième, et maintenant nous devons continuer comme ça ».

Il termine : « on arrive maintenant sur les pistes que j’aime : Jerez, Le Mans, Mugello … On va essayer d’être rapide là-bas. Peut-être qu’alors la première victoire viendra. Mais maintenant, je ne pense qu’à continuer à travailler comme ça ».

MotoGP Portugal J3 : classement

Crédit classement motogp.com



Tous les articles sur les Pilotes : Francesco Bagnaia

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team