Décidément, la venue de Valentino Rossi au sein du team satellite de Yamaha qu’est Petronas ne fait pas tout à fait sauter de joie celui qui en est le patron théorique, soit le Malaisien Razlan Razali. Théorique en effet, car le Doctor n’est clairement pas son choix délibéré, une volonté déterminée. Il confirme ce sentiment d’un ordre d’affectation envoyé par Yamaha dans un dernier entretien où il apparaîtrait presque comme résigné…

L’interview vient de « The Race » et elle a été captée par Motosan. Le sujet exfiltré est la prochaine arrivée de Valentino Rossi qui sera annoncée en temps voulu. Car elle est inéluctable. Le Doctor poursuivra donc sa carrière en 2021. Une bonne nouvelle pour le promoteur Dorna, les fans, sans doute aussi le sport. Mais est-ce aussi une bonne nouvelle pour Razlan Razali ? On peut s’interroger, même si ce serait allé trop loin que de conclure que s’en est une mauvaise…

Il affirme ainsi : « qui sera le remplaçant de Fabio Quartararo ? Il est clair que Valentino le sera, mais pour l’instant nous n’en avons pas parlé », a déclaré le directeur de l’équipe Petronas. « Avant, ce n’était pas quelque chose qui nous convenait, car nous croyons vraiment en ce que nous avons fait avec Fabio. » Ce qui veut dire aller chercher et révéler des jeunes.

Mais voilà… « Si cela avait été un championnat normal, tout aurait dépendu des résultats de Valentino Rossi dans la première moitié de la saison. Et des résultats des jeunes pilotes Moto2 que nous observons. Mais c’est une année inhabituelle et amener un rookie en MotoGP sans le voir est un risque énorme. Nous ne pouvons pas prendre ce risque. Si nous n’acceptons pas de nouveau venu, la proposition d’amener Valentino Rossi devient très attractive. »

“Rossi n’a pas d’autre choix que de venir nous voir”

Valentino Rossi est donc un choix imposé par un ensemble de circonstances et de facteurs. Pour bien se faire comprendre, Razlan Razali entre dans le détail : « le seul point négatif est qu’il est ancien. C’est toujours une personne en forme, qui s’entraîne beaucoup au ranch. Mais qu’on le veuille ou non, il est hors de l’équipe d’usine et ne peut aller dans aucune autre équipe officielle pendant un an. Il n’a pas d’autre choix que de venir nous voir… Mais nous attendons avec impatience de recevoir ses commentaires et informations. »

Une fois encore, le Malaisien déplore qu’il n’y ait toujours pas de contact direct avec Vale. Pourtant, il y a un enjeu : « nous ne pouvons lui permettre de venir qu’avec une ou deux personnes, il devra travailler avec le reste de notre structure. C’est ce que nous voulons, mais je le répète : nous n’avons pas encore commencé à lui parler ! ». Si Razlan Razali s’est laissé imposer Valentino Rossi, il n‘est pas disposé à céder plus de terrain en s’ouvrant au staff de l’homme de Tavullia…



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team