Valentino Rossi se dirige vers l’équipe satellite de Yamaha qu’est Petronas, pour prendre la place d’un Fabio Quartararo qui va lui succéder au sein de l’équipe officielle de la firme d’Iwata. Ceci pour un contrat 2021, avec une option pour 2022, et à 42 ans. Dit comme ça, tout paraît limpide. Mais le représentant des couleurs malaisiennes, Razlan Razali, éprouve comme un sentiment mitigé à recevoir ainsi celui qui est pourtant une légende vivante. Et pour cause : il n’a pas choisi, et Vale ne lui a toujours pas accordé audience. Alors, s’il enrobe un peu plus son discours, il reste tout de même droit dans ses bottes sur les objectifs à tenir et la gestion à appliquer…

Lin Jarvis avait prévenu les protagonistes : ils vont devoir s’entendre. Mais on n’en est pas encore arrivé là. Puisqu’ils ne se parlent même pas. Razlan Razali attend toujours un dialogue direct avec celui qui sera son futur pilote : Valentino Rossi. Un schéma théorique puisque c’est Yamaha qui fait la courroie de transmission entre les deux hommes.

Sur cette situation, le Malaisien s’est offert un nouveau commentaire sur le site officiel motogp.com. Les préliminaires commencent bien : « pour un nonuple champion du monde comme lui, ce ne serait vraiment pas bien de s’arrêter après cette année. Pour lui, il vaut mieux qu’il continue et que nous puissions lui offrir l’espace nécessaire. » Il ajoute : « il n’est pas comme un autre pilote, c’est une légende vivante, un champion du monde à neuf reprises avec une riche expérience. »

Cela étant dit, il y aussi le Razali patron : « pour nous, personne ne se tient au-dessus de l’équipe. C’est très important pour moi et l’année dernière, c’était génial en termes de structure et de personnes. Nous voulons donc nous en tenir à cela. Cela signifie que nous ne voulons pas bouleverser toute l’équipe pour une seule personne. »

Une obligation de résultats

Il se fait même plus clair : « si Valentino décide de continuer, nous voulons qu’il soit compétitif et se batte pour le podium, c’est important pour nous. Ensuite, s’il peut montrer qu’il est toujours compétitif à son âge, tout peut arriver, comme une prolongation ou autre, vous pouvez en parler. Mais jusqu’à ce que nous lui parlions, ces discussions sont inutiles. »

Car justement, il n’y a toujours pas de contact direct : « nous avons eu un certain nombre de bonnes conversations avec Yamaha pour clarifier les problèmes techniques au cas où Valentino viendrait à nous. Nous avons parlé des motos, du coût, etc. à plusieurs reprises. Nous avons également parlé à Petronas de la possibilité, mais malheureusement, il n’y a jamais eu de rencontre avec Valentino Rossi lui-même. » Ambiance…

 



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team