Scott Redding a été brillant lors de la dernière manche du WSBK en Argentine, montrant ainsi que sa taille aussi grande que son talent avait trouvé la catégorie idéale pour s’exprimer. Cela étant dit, sa période en Grand Prix a toujours laissé un goût d’inachevé à l’Anglais. A tel point que l’on apprend dans un entretien qu’il a essayé d’y retourner. Mais il s’est heurté au nouveau système de sélection en vigueur contre lequel il s’érige…

La carrière que mène actuellement Scott Redding en Superbike est en fait sa seconde. Sa première, il l’a vécue en Grand Prix, dès son plus jeune âge en 125, puis en Moto2 et enfin en MotoGP de 2014 à 2018. Il a eu entre les mains des Honda et des Ducati privées qui l’ont aidé à monter sur deux podiums avant de devenir un officiel Aprilia. Une relation qui ne s’est pas bien terminée…

Redding a dû se reconstruire après ça en refaisant ses classes depuis le BSB, ce qui lui a permis de retrouver le niveau mondial avec les machines dérivées de la série. Mais il aurait bien goûté à un retour sur un prototype. Sur Autosport, il confie ainsi : « pour être honnête, je cherchais à essayer de revenir en MotoGP parce que je sens que le pilote que je suis aujourd’hui est différent de celui qui était à une certaine époque », a déclaré Redding. « Et je sens que je n’ai jamais eu une vraie opportunité. Je n’ai jamais eu de moto capable de gagner des courses. J’étais sur une moto satellite pour prendre des places dans le top 10. Je ne cours pas pour le top 10. OK, c’est bien, mais ce n’est pas pour ça que je suis là. Donc, si l’opportunité se présente d’avoir une moto qui peut potentiellement finir dans le top 5, je l’envisagerais fortement ».

Oui mais voilà, il n’a plus le profil recherché, ni le palmarès d’un Dovizioso pour transgresser les nouvelles règles de sélection, contre lesquelles il s’élève : « je suis vieux. J’ai parlé à quelques équipes, et elles m’ont toutes dit : ‘Il est trop vieux, il a 28 ans’. Ils font venir des jeunes maintenant, mais je ne crois pas en ce système ». Il explique : « les gens comme moi et les plus âgés ont travaillé toute leur vie pour arriver en MotoGP, pour gagner de l’argent, pour sacrifier toute leur vie. Mais maintenant, vous arrivez en MotoGP et si en un ou deux ans vous ne gagnez rien, vous êtes parti ».

Scott Redding a remporté sa septième victoire de la saison

Redding : “ce n’est pas vraiment juste, ce n’est pas respectueux pour les pilotes

« Donc, vous faites toute votre carrière en course pour des années de dévouement, pour essayer de faire quelque chose et si, après deux ans sur une moto, vous n’êtes pas si bon, vous faites quoi ? Tu n’as pas gagné d’argent, tu dois trouver un travail, tu dois faire ça. Ce n’est pas vraiment juste, ce n’est pas respectueux pour les pilotes » regrette Redding qui aurait même en tête comme un plan social : « je crois que vous devez avoir au moins cinq à huit ans en MotoGP et puis après cela, si vous ne pouvez pas le faire, vous ne pouvez pas le faire. Mais maintenant, c’est fou, on précipite tout le monde ».

Redding restera en WSBK l’année prochaine, mais tentera une nouvelle aventure avec BMW, puisque Ducati lui a préféré Alvaro Bautista. Le champion britannique de Superbike 2019 a remporté 12 courses WSBK.

Scott Redding avec le rédacteur en chef de Speedweek Ivo Schützbach



Tous les articles sur les Pilotes : Scott Redding

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team